Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Ligue des droits de l'Homme (LDH), Union pour la défense des sans papiers (Udep), Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association (Clea)
Plate-forme pour la libération des 12 manifestants sans papiers détenus en centres fermés
19 mai 2008

liège


Cent vingt personnes ont été arrêtées le 29 avril 2008 au cours d'un rassemblement pacifique et autorisé, dont nonante sans-papiers. Douze d'entre eux sont toujours incarcérés aux centres fermés de Merksplas et Vottem et menacés d’expulsion du territoire Belge.

Ces arrestations et détentions constituent une atteinte grave aux libertés fondamentales. Il est totalement inacceptable que des personnes, avec ou sans papiers, soient détenues après avoir exprimé leurs opinions pacifiquement dans le cadre d’un rassemblement autorisé.

Alors que, depuis de nombreuses années, le mouvement des personnes sans papiers a toujours démontré une citoyenneté active et courageuse dans le respect des lois et des institutions de ce pays et rejoint par une large frange de la société civile, nous craignons que la violence des événements du 29 avril témoigne d’un durcissement, d’une certaine inflexibilité politique incompatible avec la bonne marche d’un État de droit.

Des milliers de personnes attendent que les engagements en matière de régularisation pris par le nouveau gouvernement soient mis en place. C’est pour cette raison qu’elles manifestaient ce mardi 29 avril devant l’Office des étrangers afin de répéter leur demande de rencontre à la ministre A.Turtelboom et ce dans le but de lui faire part de leurs inquiétudes et recommandations au regard de la note de politique d’Immigration et d’Asile déposée à la chambre une semaine plus tôt.

Suite à ce durcissement et ce refus de dialogue, comment s’étonner que des personnes en arrivent à mettre leurs vies en danger afin de se faire entendre ?

Pour rappel, il est envisagé, dans l'accord gouvernemental, de régulariser les personnes sans-papiers sur base de leurs longues procédures, sur base d'une promesse d’embauche ou encore en fonction de leur ancrage local en Belgique. Les personnes sans-papiers attendent avec impatience et espoir de sortir de la clandestinité. Malgré cela, des personnes continuent à être détenues en centres fermés et expulsées quotidiennement.

Dans ce contexte de flou et d'inquiétude, il nous semble légitime que les personnes sans-papiers se mobilisent et s'expriment pacifiquement à travers des manifestations pour réclamer, à tout le moins, un moratoire sur les expulsions et une application rapide des critères de régularisation.

La décision de maintenir ces 12 manifestants en centres fermés et de les expulser nous apparaît arbitraire étant donné que tous ont soit un dossier déposé à l’Office des étrangers, soit un dossier en cours chez leur avocat (9 bis, Asile, recours conseil du contentieux,…). Sur quelle base a-t-il été décidé de placer en centre fermé certains étrangers et de libérer les autres? Y a-t-il eu des critères objectifs ou ces choix étaient-ils conditionnés par le nombre de places en centre fermé? Si un examen de la situation de chacun a eu lieu, notamment au regard des futurs critères de régularisation, celui-ci n'a pu être qu'expéditif. Comment estimer l'ancrage local d'une personne, pendant la nuit, au milieu des cellules du palais de justice où les manifestants étaient détenus et décider ou non de son expulsion?

La liberté d’expression dévolue à toute personne, avec ou sans papiers, sera en train d’être bafouée tant que ces manifestants ne seront libérés.
Nous demandons :

-  que les personnes arrêtées soient immédiatement libérées des centres fermés;
-  que le droit à manifester des sans-papiers soit rétabli et respecté;
-  qu'un moratoire sur les expulsions soit instauré dans les plus brefs délais, en  attendant que des critères de régularisation soient mis en place.

Signataires :

La Ligue des Droits de l’Homme, L’Union de défense des sans papiers (Udep), Le Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association (Clea)
 


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici