Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Affaire Erdal : collaboration de la Belgique avec le régime turc
Une commission rogatoire belge interroge en prison
un haut dirigeant du DHKP-C


Dans le cadre de l’instruction ouverte par le Parquet fédéral belge à propos de Fehriye Erdal pour son implication présumée dans l’attentat Sabanci, une délégation de 5 enquêteurs sont arrivées en Turquie afin de prendre la déposition de l’un des dirigeants suprêmes du DHKP-C en tant que témoin.

La commission rogatoire du Parquet fédéral belge composée de 5 personnes qui enquête sur l’attentat Sabanci a sollicité l’audition de certaines personnes qui avaient été mises en garde à vue en relation avec l’attentat puis relaxées ainsi que celles de certains employés du Sabanci Center. Parmi les personnes auditionnées, Ercan Kartal, l’un des présumés dirigeants suprêmes du DHKP-C. Pour recueillir sa déposition, Ercan Kartal qui est détenu à la prison de type F d’Edirne a été transporté jusqu’au tribunal d’Istanbul situé à Besiktas. C’est en présence du procureur de la république d’Istanbul Bilal Bayraktar que son témoignage a été recueilli. L’avocat de Kartal, Me Taylan Tanay qui était également présent durant l’audition, a fait savoir que son client Ercan Kartal avait été prévenu la nuit même et qu’au total, 21 personnes avaient été auditionnées par les enquêteurs.

Le dirigeant du DHKP-C n’a pas répondu aux questions
Soulignant que la commission rogatoire était composée de procureurs, de juges et du directeur de la sûreté belges, Me Tanay a également précisé que : «Dans le cadre de l’enquête en cours en Belgique, des employés du Holding Sabanci et des personnes mises précédemment en examen dans le cadre de l’affaire ont également été auditionnés. Les enquêteurs ont posé 30 questions à Ercan Kartal. Avant d’être soumis à l’interrogatoire, Ercan Kartal a fait savoir qu’il avait des choses à dire et qu’il ne répondrait à aucune question. Il exposa ensuite ses griefs en s’abstenant de répondre aux questions. D’abord Ercan Kartal a affirmé qu’en tant que représentants d’un Etat impérialiste, ses verbalisants belges n’avaient aucun droit d’ingérence dans la justice en Turquie, qu’ils n’avaient donc aucun pouvoir de rendre justice, que l’attentat contre Sabanci avait été revendiqué par le DHKP-C, que l’organisation a décrit l’attentat jusque dans ses moindres détails, qu’il n’y avait rien de secret à ce sujet. Kartal a par ailleurs expliqué à la commission que le DHKP-C n’est pas une organisation terroriste mais un mouvement populaire et que les accusations en rapport avec l’attentat qui lui sont portées ne s’appuient sur aucune preuve et n’ont aucune base juridique. Ercan Kartal a rappelé qu’il est injustement détenu depuis 15 ans».

L’avocat affirme avoir dit à la délégation qu’aucune décision juridique définitive n’avait été prononcée à l’égard de son client, qu’il était toujours innocent d’un point de vue juridique et que la Cour de cassation avait même annulé à trois reprises les condamnations qu’elle jugeait «contraires au droit».

Réagissant au fait qu’il n’a pas reçu de copie du procès-verbal en raison du secret entourant l’instruction belge, l’avocat Taylan Tanay a dit: « Nous avons demandé une copie du PV. Cela nous a été refusé sous prétexte que l’instruction est frappée du secret. Nous avons eu une prise de bec avec le procureur à ce sujet. Comme on ne nous a pas remis de PV, nous, les trois avocats présents, avons refusé de le signer. Un tel outrage est inacceptable. » Ercan Kartal avait été condamné à la peine à perpétuité aggravée dans le cadre de «l’attentat Sabanci».

Il est jugé par la 14e Cour d’assises, soupçonné d’avoir donné la directive de «l’attentat contre Sabanci» et de «l’attentat contre le général Kenan Evren» (chef de la junte militaire qui prit le pouvoir le 12 septembre 1980, NDT).

21 avril 2009
Sources : Hürriyet, Internet Ajans, Dünya Gazetes



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici