Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Un “Loup-Gris” assassin vivant en Belgique bénéficie de la prescription
Il était prétendument recherché par la justice turque pour complicité dans le meurtre il y a trente ans d’Abdi Ipekçi, rédacteur en chef libéral progressiste du quotidien turc Milliyet.

Le célèbre maffieux Yalçin Özbey, membre du mouvement fasciste turc des Loups Gris résidant en Belgique de longue date, vient de bénéficier de l’impunité dans le meurtre d’Ipekçi, conformément à l’article 104/2 du Code pénal turc qui fixe la prescription maximale à 30 ans [1].

Seul Mehmet Ali Agca, celui qui tirera plus tard sur le Pape Jean-Paul II, fut à l’époque arrêté et condamné dans l’affaire de l’assassinat du journaliste. Özbey, quant à lui, échappera à toute poursuite. Grâce à ses liens privilégiés avec les services secrets turcs et américains, le 23 novembre 1979 il parviendra même à organiser l’évasion de son comparse Agca d’une prison militaire d’Istanbul.

Né en 1955 à Malatya, Yalçin Özbey est devenu dans les années 1970 une figure de proue du mouvement fasciste, semant la terreur contre les forces de gauche [2].

Avec les maffieux assassins Abdullah Catli, Oral Celik et Mehmet Ali Agca, il fait partie du Gladio turc, une organisation terroriste d’extrême droite créée par l’OTAN pour “lutter contre le communisme”.

Après l’arrivée au pouvoir de la junte du général Evren en 1980 qui poursuivit le plan d’éradication de “la gauche” des Loups Gris, Yalçin Özbey et ses sbires ont été chargés par le mouvement fasciste de commettre des assassinats à l’étranger. Ils avaient dans leurs poches des passeports diplomatiques délivrés par le régime militaire turc.

En 1981, Özbey participa à l’attentat contre le Pape Jean-Paul II et ce, de l’aveu même de son compagnon d’arme, le tireur Mehmet Ali Agca.

En 1983, Özbey refait surface à Bochum, en Allemagne, à la tête d’une association de Loups Gris. Le 16 octobre 1983, il est arrêté dans ce local. La police allemande découvre en sa possession deux faux passeports, un cachet de l'ambassade de Turquie, des cachets appartenant à plusieurs institutions turques et un revolver Unic 7,65 mm.

Özbey négocie sa libération en échange de sa collaboration avec les services secrets allemands. Ces derniers lui proposent de contacter ses complices inculpés dans le procès de Rome pour qu’ils imputent l’attentat contre le Pape aux services secrets bulgares [3].

On connaît les conséquences de cette intox dans le procès de Rome.

Il est libéré trois mois plus tard sans être inquiété par la demande d’extradition turque.

Dix ans plus tard, il est à nouveau arrêté en Allemagne avec, en sa possession, 1,5 kg d’héroïne et condamné à quatre ans de prison pour trafic de drogue. Il échappe une fois de plus à toute procédure d’extradition vers la Turquie. Et pour cause : il contacte l'ambassade turque pour lui proposer ses services en échange d’une cessation de poursuites en Turquie et d'une nouvelle identité. Naim Aydin, responsable de la liaison avec la Sûreté turque de l'ambassade, lui rend visite [4]. On imagine la suite.

Par ailleurs, deux agents des services secrets turcs (MIT) l’interrogent sur sa participation à l’assassinat du journaliste Ipekçi durant sa détention en Allemagne. En 1999, lorsque les juges de la 4e Cour d’assises d’Istanbul ont demandé les enregistrements de cet interrogatoire, la Sûreté turque rétorqua que ceux-ci ont été détruits. Mais à l’issue de ce procès intenté contre Oral Celik, ces enregistrements refont curieusement surface.

Dès sa sortie de prison en 1997, Özbey s’installe en Belgique. Les autorités turques demandent son extradition à la Belgique en 1997 et 1999, demandes refusées au motif qu’à l’époque la législation turque prévoyait la peine de mort.

En mars 2006, le malfrat récidive : il est arrêté à Schaerbeek dans un night shop pour «recel d'objets volés». En fait, Özbey est accusé d’avoir entreposé des marchandises «tombées du camion» dans l’un de ses hangars [5].

C’est l’époque où la soustraction à la justice belge de la militante du DHKP-C (Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple, marxiste) Fehriye Erdal souleva une tempête d’indignation et de protestations dans les chancelleries.

La remise en liberté du fasciste Yalçin Özbey par un juge d’instruction bruxellois, un mois à peine après son arrestation, n’a en revanche suscité aucun émoi, ni à Bruxelles, ni à Ankara.

Une série de questions s’imposent au lecteur averti devant un tel double standard avec :

- d’un côté, une Fehriye Erdal qui vient d’avoir 32 ans et qui a passé près de la moitié de sa vie à fuir des nervis sans scrupules comme Özbey et, de l’autre, un Yalçin Özbey qui tuait des opposants politiques sous la protection de forces occultes à une époque où Fehriye n’était encore qu’un bébé.

- d’un côté, une Fehriye Erdal qui est menacée d’extradition vers un État impitoyable à l’égard des militants de gauche et, de l’autre, un Yalçin Özbey qui bénéficie d’une mansuétude consternante tant de la part des autorités belges que turques.

- d’un côté, une Fehriye Erdal qui est en attente de son quatrième procès dans le cadre de l’affaire de Knokke et qui va être jugée en Belgique pour sa participation présumée à un attentat commis à Istanbul contre l’élite financière turque et, de l’autre, un Yalçin Özbey, impuni sur toute la ligne dans d’innombrables affaires de meurtres et de tentatives de meurtre visant l’élite intellectuelle turque et de petites gens qui rêvaient d’une Turquie meilleure.

Cherchez l’erreur
Cherchez l’erreur avant que d’autres assassins, comme Muhammed Nuh Kiliç, condamné en Turquie pour sa participation à l’incendie de l’hôtel de Sivas en juillet 1993 dans lequel périrent 37 intellectuels mais vivant actuellement en Allemagne en toute impunité [6], ne bénéficient eux aussi de la prescription.

Cherchez l’erreur avant que le couperet de la justice des puissants ne tombe une nouvelle fois sur d’honnêtes militants qui, comme Fehriye Erdal, sont persécutés, stigmatisés et saignés à blanc à chaque instant de leur existence.


Bahar Kimyongür
Le 28 février 2009


Notes

[1] Source : presse turque, 27 février 2009.

[2] Yalçin Özbey participe à une tentative d’assassinat d’Ahmet Kaçmaz, secrétaire général du Parti ouvrier socialiste de Turquie (TSIP) et de Mihri Belli, figure éminente du socialisme turc.

[3] Jean-Marie Stoerkel, Les Loups de Saint-Pierre, Ed. Plon, Paris, 1996.

[4] Rapport de Fikri Saglar, membre de la commission parlementaire Susurluk, cité par Enis Berberoglu, dans Hürriyet, 3 octobre 1997.

[5] Philippe Boudart, «A-t-il tué un journaliste», La Dernière Heure, 8 avril 2006.

[6] En tant que «rôtisseur d’innocents», il a poussé le vice jusqu’à gérer une rôtisserie (salon kebab) à Mannheim.



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici