Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Laurette Onkelinx en 3 dates

- Le 28 février : face au tollé suscité par la fuite de F. Erdal, Mme Onkelinx est déstabilisée. Pour se sortir de cette situation inconfortable, elle reconnaît qu'avant le verdict du procès de Bruges contre 11 membres présumés du DHKC, Erdal ne pouvait être arrêtée. Par contre, après le verdict, c'est différent. Pourquoi ?
Laurette Onkelinx annonce (1) que la justice belge à dû juger de la question suivante : le DHKC est-il un parti d'opposition au régime d'Ankara ou une organisation terroriste ?

 


Lire : Les ministres de la Justice et les pressions des États autoritaires
par Anne Morelli - La Libre Belgique 24 octobre 2006
[L'article]

Le tribunal de Bruges –fortement influencé par des instances politiques, comme on le sait– a opté pour la seconde solution. La ministre de la Justice reconnaissait de la sorte, dès ce moment même, que le procès –auquel Bahar Kimyongür avait été ajouté au dernier instant– était un procès politique.

Le Clea pense que les questions politiques doivent être réglées par débats, hors des enceintes des tribunaux. Et si la Justice considère qu'il y a délit politique alors, le procès doit se tenir en assises. Ce procès en correctionnel, qui s'est déroulé au milieu d'irrégularités de procédure, un procès visant à criminaliser des opposants au régime turc et à les présenter comme de vulgaires bandits, doit de la sorte être frappé de nullité.

- Le 11 mai 2006, le Clea, sans doute un peu naïvement, encourage la ministre de la Justice à recevoir la famille de Bahar pour éviter le pire, à savoir son extradition vers un pays pratiquant la torture.

Dans une déclaration, nous disions : "Si le PS est, comme il le prétend, de gauche, c'est-à-dire, s'il défend vraiment les plus faibles, Mme Onkelinx doit nous recevoir et s'engager à obtenir, par tous les moyens, la certitude que le gouvernement belge protégera Bahar" (2). En dépit de demandes publiques et écrites incessantes, Mme Onkelinx n'a jamais répondu à nos requêtes. Bien au contraire, après s'être vue interpellée par l'épouse de Bahar lors d'un débat à Schaerbeek, elle lui a signifié brusquement qu'elle ne voulait plus jamais entendre parler de Bahar Kimyongür (3).

Le moins que l'on puisse dire, c'est que son souhait n'a pas été exaucé. On sait désormais pourquoi… On pouvait supposer que la présence sur la liste qu'elle mène à Schaerbeek des gens de la mouvance des loups gris et des négationnistes du génocide arménien avait influencé sa volonté de ne pas ébruiter cette affaire. En fait, c'est encore plus grave, on est face à une affaire d'État.

-Le 26 avril : sous la houlette du ministère de la Justice, une réunion (4) rassemblant des représentants politiques, des policiers, la sûreté de l'État et des membres des autorités judiciares –dont l'ineffable Johan Delmulle–, se tient et décide d'organiser la "livraison" de Bahar Kimyongür vers la Turquie en le faisant arrêter aux Pays-Bas. La ministre de la Justice devient donc hors-la-loi puisqu'elle organise elle-même un complot en vue de l'enlèvement d'un citoyen belge pour le livrer à un pays violant les droits de l'Homme (5) et ce pour que l'extradition de notre compatriote calme l'Etat turc choqué de la disparition d'Erdal (ceci, sans parler les éventuelles retombées électorales d'un telle acte de traîtrise). De plus, elle a menti systématiquement, notamment lorsqu'elle a répondu aux interpellations parlementaires sur cette question. Or, comme le rappelle le président de la Chambre : «Un ministre qui ment est (un ministre) mort».

Actuellement, pour des raisons électoralistes, on prétend que Mme Onkelinx a fait trop de gaffes, qu'elle doit être encore plus répressive, que l'«affaire Kimyongür» est une goutte d'eau (mais une goutte importante puisqu'elle a fait déborder le vase). Pour ces raisons, le VLD la met sous pression.

Or, dans l'affaire qui nous occupe, c'est depuis la gauche que l'on attaque Onkelinx en demandant sa démission : la ministre socialiste se met aux ordres de la droite flamande et de l'extrême droite turque.

Elle a sciemment menti pour livrer un citoyen belge à un pays pratiquant la torture : Il faut qu'elle démissionne !


(1) JT 13h RTL-TVI week end du 29-30 avril 2006.
(2) Déclaration du Clea lors du rassemblement devant le palais de Justice de Bruxelles, le 11 mai 2006 pour dénoncer la tentative d'extradition, via les Pays-Bas, de Bahar Kimyongür vers la Turquie et exiger sa libération.
(3) Voir notamment, Koksal M., Onkelinx sacrifie Bahar Kimyongür. Disponible sur :
http://allochtone.blogspot.com/2006/06/onkelinx-sacrifie-bahar-kimyongr.html
(4) Voir par exemple, Metdepenningen M., Comment les belges ont livré Kimyongür, Le Soir, 19-09-2006.
(5) Comme le confirment de nombreux rapports d'Amnesty International.

 


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici
(*) «La Belgique, comme tous les États démocratiques, est en guerre contre le
terrorisme. Il ne faut pas baisser la garde. Quand on est en guerre, il faut
des mesures exceptionnelles.»

L. Onkelinx, Bruxelles le 9 septembre 2005 (AFP).