Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Itinéraire d'un procureur hors-la-loi : Johan Delmulle, l'accusateur dans le procès du DHKC, en quatre actes

- Il est l'un des auteurs du texte initial de loi sur les organisations criminelles pour le compte du CD&V. Ce projet entendait s'attaquer aux "radicalismes". Après de nombreux débats au Parlement, cet axe de la loi fut retiré car il menaçait des organisations politiques et syndicales. Mais, malgré les gardes-fous mis en place par le législateur, le procureur Delmulle utilise "sa loi", sans tenir compte de "la loi", dans le cadre du procès contre le DHKC.

 

Johan Delmulle, un procureur controversé

M. Delmulle, spécialiste des dernières techniques de contrôle policier –il donne des conférences sur les bienfaits des méthodes particulières de recherche–, prend ses rêves pour une réalité : il aimerait tant que la Belgique devienne un État policier. Mais jusqu'à preuve du contraire, il doit respecter l'avis du législateur et ne pas appliquer les lois comme il l'entend : Un procureur ne peut pas être au-dessus des lois.

- Johan Delmulle et la police ont saboté l'enquête du juge d'instruction dans le procès qui nous intéresse. Alors que l'instruction s'était focalisée sur les faits matériels s'étant déroulés en Belgique (à Knokke), M. Delmulle a réorienté le dossier de manière à faire prévaloir son point de vue politique. Le procès en appel à Gand confirme ainsi quelque chose que l'on avait déjà pu observer à Bruges : ce n'est pas sur des faits tangibles mais sur des présomptions "audacieuses" que M. Delmulle entend faire condamner les prévenus.

Par ailleurs, il entend présenter comme étant la pure vérité judiciare sa vision de la situation en Turquie, un État qu'il prétend tout à fait démocratique. Partant de là, sa conclusion est limpide : le DHKC est une organisation terroriste. C'est pourquoi, en menant un procès politique, Johan Delmulle remet en question l'impartialité de la Justice.

- Pour ce faire, il utilise notamment une loi liberticide. La loi antiterroriste de 2003, inspirée par l'administration Bush, permet en effet de condamner quelqu'un, non pas pour les faits qu'il a commis, mais pour son appartenance supposée à une organisation que le procureur considère, sur base de considérations idéologiques et politiques, comme terroriste. Un individu qui n'a commis aucun délit mais a fait usage de sa liberté d'expression et d'association, telles que garanties par la Constitution, risque alors plusieurs années de prison. Tel est le cas de Bahar Kimyongür. L'accusateur Delmulle mène un procès politique, un procès qui attaque nos libertés, en même temps qu'il utilise une loi constituant une menace pour tous ceux qui entendent contester l'ordre injuste des choses.

- Pire, alors qu'il est tenu de représenter dans ce procès les intérêts de notre État, donc l'intérêt de tous les citoyens, Johan Delmulle se comporte comme un hors-la-loi. Comme on le sait, il était présent à la réunion secrète tenue au centre de crise du Ministère de l'Intérieur la nuit du 26 avril, organisée en vue de livrer Bahar Kimyongür à la Turquie. Récapitulons :

1) Il représente la Belgique en première instance du procès DHKC. Le verdict du procès condamne Bahar Kimyongür à quatre en de prison mais le laisse en liberté et ne met pas en cause son droit à un procès en appel.

2) L'appel est un droit fondamental pour tous les accusés en Belgique et dans tout État démocratique : un spécialiste du droit comme M. Delmulle n'ignore évidemment pas ce principe.

3) Mais avant l'appel, secrètement, Delmulle rencontre d'autres services de l'État pour comploter en vue de livrer un citoyen belge, en dépit du droit à l'appel dont il bénéficie et du fait qu'il a déjà interjeté appel, appel pour lequel M. Delmulle est à nouveau l'accusateur.

Johan Delmulle est en totale contradiction avec les principes dont il est tenu d'être le représentant. Il participe à une procédure secrète et bafoue de ce fait la loi qui garantit notamment la non extradition d'un ressortissant belge par la Belgique ; de même que plusieurs principes essentiels du droit : le droit à l'appel pour un accusé, la présomption d'innocence, le jugement équitable...

4) Bref, dans la personne de M. Delmulle nous avons affaire à un hors-la-loi qui représente néanmoins la loi dans le procès du DHKC. Par tous les moyens légaux et illégaux dont il peut disposer, Johan Delmulle mène un procès politique. Cette mascarade doit cesser, l'action continuelle de Johan Delmulle démontre qu'il ne possède pas les qualités d'intégrité requises pour mener à bien l'accusation dans un procès, et en particulier dans le procès dont Bahar Kimyongür est un des accusés.

Ce procès doit donc être frappé de nullité : Halte aux procès politiques !


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici