Jump to main content
Clea

Clea
Comité liberté d'expression et d'association

S'exprimer, s'organiser, contester:
ce n'est pas du terrorisme !



   


Bahar est libre !

Le Comité pour la liberté d’expression et d’association (CLEA).
6 juillet 2006

Ce mardi 4 juillet, la Chambre d’extradition de La Haye a conclu que les accusations portées par la Turquie contre Bahar Kimyongur, citoyen belge de 32 ans, n’étaient pas fondées. Il a été libéré et se trouve désormais sur le territoire belge.

Il s’agit d’une grande victoire pour tous les démocrates, pour tous les partisans de la liberté d’expression et d’association. En cas d’extradition vers la Turquie, Bahar était, en effet, menacé de 15 ans de prison et de torture ; et ce, simplement pour avoir exprimé un point de vue contestataire et pour s’être organisé en conséquence. Sa libération démontre, en tout cas, que la mobilisation citoyenne paye et que quand on lutte, on peut gagner.

Le Clea, Bahar et sa famille souhaitent vous remercier chaleureusement pour le soutien que vous lui avez adressé durant ses deux mois d’incarcération aux Pays-Bas.

Les bonnes nouvelles étant trop rares pour ne pas les apprécier à leur juste valeur, nous organisons, ce samedi, une grande fête pour savourer son retour en Belgique. Vous pouvez venir ce samedi 8 juillet dès 12h30 au parc Josaphat (à la hauteur du café « le central park », 41 avenue des Azalées à 1030 Bruxelles). Chacun apporte de quoi boire et manger.

Pour autant, cette victoire ne constitue qu’une première étape en vue de la reconnaissance du travail militant de Bahar et de la dénonciation du caractère liberticide des nouvelles législations anti-terroristes en Belgique. C’est pourquoi, le Clea entend continuer son action et maintenir une mobilisation citoyenne en se focalisant sur deux axes complémentaires.

Premièrement, nous demandons au gouvernement belge de s’expliquer et de justifier clairement son attitude dans cette affaire. Pourquoi les autorités belges ont-elles décidé de ne pas prévenir Bahar Kimyongur de l’existence du mandat d’arrêt international dressé par la Turquie à son encontre ? Pourquoi la police belge a-t-elle contacté ses homologues néerlandais la veille de l’arrivée de Bahar sur son territoire en l’avertissant que notre compatriote était sous le coup d’un mandat d’arrêt lancé par la Turquie ?

Aux côtés du sénateur Ecolo Josy Dubié, qui a exigé une enquête des comités R et P, le Clea maintiendra la pression afin d’obtenir tous les éclaircissements nécessaires sur cette question cruciale : qui a décidé de livrer Bahar à la Turquie via les Pays-Bas ?

Deuxièmement, il faut se rappeler que c’est une condamnation à quatre ans de prison ferme en première instance en Belgique le 28 février dernier -pour appartenance à une organisation terroriste (Bahar est membre du bureau d’information du DHKC à Bruxelles, un organisme qui a pourtant toujours respecté le cadre légal défini par le système démocratique belge) et pour avoir traduit, commenté et diffusé un communiqué de cette organisation communiste turque- qui a donné le feu vert à la Turquie pour exiger son extradition. Cette décision belge a été rendue possible par la mise en place d’un tribunal d’exception et par l’application d’une nouvelle législation anti-terroriste adoptée en 2003 par la Belgique et directement héritée de l’administration américaine. Cette loi remet en question des principes fondamentaux censés être garantis par notre constitution tels que la liberté d’expression et d’association.

Le 11 septembre prochain débute à Gand le procès en appel de Bahar Kimyongur. A cette occasion, le Clea entend organiser une mobilisation d’ampleur pour dénoncer l’usage de cette loi qui constitue un danger pour l’action collective de tous les citoyens belges.

La Justice belge suivra-t-elle l’analyse turque qui présente le travail d’information de Bahar Kimyongur comme du terrorisme ou se rangera-t-elle derrière le verdict néerlandais qui a considéré que les faits posés par notre compatriote –qui sont de même nature que ce qui lui est reproché en Belgique- n’étaient pas répréhensibles ?

Plus que jamais, le Clea réaffirme : s’exprimer, s’organiser, contester ce n’est pas du terrorisme.

Ce 21 juillet, nous organisons une grande réunion ouverte à tous pour débattre de la suite de l’action du Clea contre la loi anti-terroriste. Dans un prochain mail, vous recevrez les informations complètes sur ce rendez-vous.

Vous pouvez d’ores et déjà vous tenir informé de la suite des événements sur notre site http://leclea.be/.

Encore une fois : merci à toutes et à tous, le combat continue.

Le Comité pour la liberté d’expression et d’association (CLEA).

 
 

Message de Bahar :

" Très chers amis et camarades,

Au bout de 68 jours de détention, la justice néerlandaise a, logiquement pour un Etat de droit, déclaré le mandat d'arrêt émis à mon encontre par la Turquie  irrecevable et m'a libérée sans délai.

Je suis donc depuis mardi 4 juillet, de nouveau à vos côtés, dans le tumulte de la vie et l'ardeur de la lutte.

Cette petite victoire appartient à tous les démocrates et permettra je l'espère, d'éviter qu'un autre cas similaire se reproduise quoiqu'il nous faille rester très vigilants face aux nouvelles lois liberticides et aux collaborations policières entre Etats qui nous menacent tous.  

Aujourd'hui, vous adresser un simple merci aurait été une offense.

Aussi, pour tout l'effort auquel vous aurez consenti pour obtenir ma libération, pour tout le soutien moral et matériel que vous m'avez apporté durant ma détention, pour tout le réconfort que vous avez prodigué à ma famille, pour votre dévouement, votre tendresse et votre générosité, je tiens à exprimer une immense reconnaissance, qui se traduira par un engagement plus vif de ma part pour le respect de la justice et de la dignité, en Belgique, en Turquie et partout dans le monde.

Grâce au succès de cette campagne pour ma libération que vous avez si brillamment mené, je peux à présent affronter ma nouvelle épreuve judiciaire du 11 septembre prochain à la Cour d'appel de Gand dans des conditions plus favorables et surtout poursuivre urgemment mon travail de soutien aux prisonniers politiques de Turquie qui depuis 6 ans, réclament au prix de leur vie, l'abolition des mesures d'isolement qui sévissent dans les prisons de type F.

Je ne pouvais espérer un meilleur dénouement dans mon procès néerlandais honteux et absurde.

Vous avez fait de moi un prisonnier des plus comblés hier et un homme libre des plus allègres aujourd'hui.

Je vous salue toutes et tous avec amour et respect.

Bahar Kimyongür"