Jump to main content
Clea

Clea
Comité liberté d'expression et d'association

S'exprimer, s'organiser, contester:
ce n'est pas du terrorisme !


 


Lettre d'Amnesty:

Madame Laurette ONKELINX

Vice-premier ministre et Ministre de la Justice

Madame la Ministre,

Nous nous permettons d’attirer votre attention sur le sort de Monsieur Bahar KIMYONGUR, citoyen belge d’origine turque, militant du parti d’extrême gauche DHKP-C, arrêté aux Pays-Bas dans le cadre d’un mandat d’arrêt international et menacé d’expulsion vers la Turquie. Les autorités turques lui reprochent une intervention à caractère politique, non-violente, menée en 2000, à l’occasion de la visite au Parlement Européen du Ministre des Affaires Étrangères turc de l’époque.

En aucune manière nous ne voulons justifier les actions entreprises par les militants du DHKP-C, mais il est certain que Monsieur KIMYONGUR risque de voir ses droits fondamentaux bafoués s’il était extradé vers son pays d’origine.

A maintes reprises il a critiqué de manière virulente, verbalement et par écrit,  les autorités turques et malheureusement, à l’heure actuelle, la Turquie est loin de tolérer la critique envers ses institutions.  Vous n’êtes pas sans savoir que de nombreux écrivains, journalistes et défenseurs de droits humains turcs sont poursuivis en justice pour avoir dénigré « l’identité turque », les institutions officielles de leur pays et l’armée.  Ceux-ci risquent d’être condamnés à des fortes amendes ou, pire, à des peines de prison. Le sort réservé aux militants politiques est moins enviable encore. L’appartenance de Monsieur KIMYONGUR à un parti illégal, reconnu comme une organisation terroriste, accroît considérablement le risque qu’il soit soumis à la torture et aux mauvais traitements en vue de lui extorquer des informations sur les dirigeants du DHKP-C et leurs actions. 

La torture est en effet loin d’être éradiquée en Turquie, malgré les mesures mises en place par le gouvernement. Si les méthodes de torture changent, certains détenus sont néanmoins toujours soumis à des interrogatoires musclés, se voient administrer des décharges électriques et sont privés de nourriture et de boissons pendant la durée de leur garde à vue. A ce propos, nous joignons à la présente un extrait de notre rapport annuel dont la rubrique réservée à la Turquie vous donnera de plus amples informations.

De plus, nous émettons de sérieux doutes quant à la garantie qu’aura Monsieur KIMYONGUR de bénéficier d’un procès équitable en Turquie.  De nombreux juges et procureurs ont des idées nationalistes profondément ancrées et les opposants politiques tels que Monsieur KIMYONGUR se voient souvent condamnés à des peines de prison anormalement longues quand ils sont jugés par des magistrats manquant d’impartialité.

Considérant les risques encourus par Monsieur KIMYONGUR s’il était expulsé vers la Turquie, nous nous permettons de vous demander de prendre toutes les mesures nécessaires pour que celui-ci soit rapatrié vers la Belgique.

Nous nous tenons à votre entière disposition pour vous fournir de plus amples informations et vous remercions à l’avance de l’attention que vous porterez à cette demande.

Veuillez agréer