Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Terroristes vous êtes déjà, même si vous ne le savez pas
«Grévistes, syndicalistes, militants de tous poils, résistants, altermondialistes, objecteurs, sachez ce qui vous attend. Intellectuels qui analysez, citoyens qui prenez la plume, artistes qui caricaturez,... terroristes vous êtes déjà, même si vous ne le savez pas...»

Message du professeur Jean-Marie Klinkenberg à la suite de la condamnation par la “Justice” belge de sept opposants au régime d’Ankara.


Liège, le 9 novembre 2006

Chères amies,
Chers amis,

Je vous ai écris récemment pour vous dire mon inquiétude au sujet des lois liberticides qui avaient été votées dans notre pays en 1999 et en 2003, et qui nous menacent tous dangereusement.

 

Auschwitz
«...dans la même situation que le machiniste du train qui allait à Auschwitz (...)»

Je vous ai écris récemment pour vous dire que j'avais perdu toute confiance vis-à-vis de la Ministre de la "Justice" de mon pays, laquelle s'était rendue coupable d'une machination visant à livrer un de nos concitoyens à la "Justice" turque, par qui les opposants sont traités de la manière que l'on sait.

Je vous écris aujourd'hui pour vous dire que j'ai moins confiance encore dans la "Justice" de mon pays. Et pour vous dire que les craintes que j'exprimais dans mes précédents messages sont hélas fondées.

Mardi [7/11/2006], notre concitoyen Bahar Kimyongür a été condamné à cinq ans de prison.

Les seuls actes objectifs qui lui sont reprochés sont : 1) avoir traduit un tract d'un mouvement révolutionnaire turc ; 2) avoir un jour interpellé publiquement, au parlement européen, le ministre turc des affaires étrangères et 3) plus généralement, avoir diffusé des informations sur les conditions de détention des opposants en Turquie.

Ses compagnons Musa Asoglu, Dursan Karatas, Sukriye Akar, Fehriye Erdal, Zerrin Sari et Kaya Saz ont été respectivement condamnés à 7, 5, 4, 4, 4 et 4 ans de prison, dans la même logique :  ils n'ont commis aucun acte de violence, n'ont pas incité à la violence, et rien n'indique qu'ils aient pu en avoir l'intention.

Pourquoi, alors, ces condamnations ? C'est que toutes ces activités sont dorénavant jugées comme constitutives du "terrorisme". La simple appartenance est désormais un délit. Non seulement la qualification de terrorisme s'applique désormais à des activités qui relevaient naguère de la simple liberté d'opinion, mais la loi réprime ceux qui apportent assistance à des organisations désignées comme terroristes, même s'ils ne sont pas personnellement auteurs des faits reprochés à ces associations.

Une bonne partie des longs attendus du prononcé portaient d'ailleurs sur la légitimité qu'il y avait pour la "Justice" (je fais usage, vous l'aurez compris, des guillemets pour bien distinguer l'institution de la vertu) de donner une interprétation très large aux dispositions de nos lois liberticides.

Notez que cette décision, dans laquelle les pressions politiques en provenance de l'État turc ont été pour quelque chose, survient paradoxalement au moment où l'Union Européenne se fait plus méfiante vis-à-vis de la Turquie, en raison du peu d'empressement de son gouvernement à respecter ses citoyens.

Dorénavant, plus aucune personne désireuse de contester quelque chose dans notre pays, du moins de manière tant soit peu efficace, ne sera à l'abri : grévistes, syndicalistes, militants de tous poils, résistants, altermondialistes, objecteurs, sachez ce qui vous attend. Intellectuels qui analysez, citoyens qui prenez la plume, artistes qui caricaturez, terroristes vous êtes déjà, même si vous ne le savez pas.

Les moyens pour en savoir plus, et pour vous faire une opinion, ne manquent pas. Mais je me permets de mettre sous vos yeux la référence d'un communiqué et d'une analyse de ces faits :
http://www.leclea.be/pages/page_communiques.html#verdict

Autre chose. Ce procès aura aussi été l'occasion de confirmer au passage que notre pays pratique la torture.

Je l'avais appris dans un tout autre contexte (à l'occasion de l'affaire Dutroux) : réveil à intervalles très rapprochés des prisonniers, ainsi privés de sommeil, exposition à des lumières violentes, etc. Aucune mesure qui soit justifiée par des raisons techniques de sécurité. Le peu de sympathie  – c'est une litote – que j'éprouvais pour Marc Dutroux me paraissait une circonstance supplémentaire pour réclamer avec vigueur que mon pays n'inflige, en mon nom, des traitements dégradants à personne, quelle que soit cette personne. J'en ai écris à l'époque au Ministre compétent. J'ai aussi écrit au mouvement dont je suis membre, qui a mis la lutte contre la torture à son programme, Amnesty international. Sans réponse.

Les compagnons emprisonnés de Bahar Kimyongür ont également été soumis huit mois durant à des conditions de détention exceptionnelles (privation totale de sommeil, fouilles anales...) et ont été forcés à comparaître dans des conditions indignes (yeux bandés, double menottage, etc.). Et cela malgré que, sur demande des avocats, la "Justice" elle-même ait ordonné que cessent ces pratiques dégradantes. Sans doute une pression politique est-elle à l'origine du maintien de ces conditions.

La dérive sécuritaire, c'est cela aussi : la banalisation de la torture.

Cette banalisation affecte et affectera chacun. Celui ou celle qui en est la victime, évidemment. Mais aussi le gardien de prison (dont on sait combien ses conditions de travail sont pénibles), qui est forcé de s'avilir lui-même par des pratiques qu'il réprouve sans doute, et qui se trouvera peut-être bientôt dans la même situation que le machiniste du train qui allait à Auschwitz, et le citoyen, et nous-mêmes, qui vivons de moins en moins dans la dignité.

Jean-Marie Klinkengerg
Sémiotique et rhétorique
Université de Liège
3, pl. Cockerill
B.4000 Liège
Wallonie, Belgique


 


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici