Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Karin Resetarits, Parlementaire européen libéral :  

«Une nouvelle İnquisition»

Avant de commencer, il nous est important de souligner qu'avec cette conférence de presse, nous ne visons pas la politique anti-terroriste en générale.
 
Il s'agit plutôt de questionner l'application de cette politique dans des cas très précis.  

Une politique anti-terroriste qui remonte à l'administration de George Bush, et qui, non seulement est acceptée, mais en plus, qui est en grande partie supportée et adaptée par les gouvernements européens. La politique anti-terroriste actuellement pratiquée par les États-Unis –et ainsi, également par l'Europe– est une nouvelle forme de l'Inquisition.

Au nom de cette politique anti-terroriste, on mène des guerres qui ne sont pas conformes au droit international, des prisons secrètes sont autorisées, l'utilisation de la torture est légitimée, des personnes sont accusées et arrêtées à base de motivations racistes et religieuses.

Le cas de Bahar montre bien à quelle point il est devenu facile pour l'Etat d'intimider des citoyens qui gênent politiquement, de les enfermer, et finalement, les rééduquer.

Pour se retrouver derrière les barreaux pour quelques années, il suffit qu'un tribunal atteste qu'on est membre ou sympathisant d'une organisation illégale.
Il n'est plus nécessaire d'avoir commis un crime, il suffit le reproche de la conspiration.

Au Moyen Age aussi, il suffisait qu'une personne s'oppose, par sa manière de penser, au moral clérical ou séculier, pour finir sur le bûcher.  

Au niveau politique, nous demandons la création d'une institution indépendante, une sorte de "commission anti-terroriste".

Il est insoutenable que le Conseil Européen établie secrètement une liste noir. Le Conseil doit être obligé de la rendre publique devant cette institution indépendante. Les organisations et les personnes qui figurent sur cette liste doivent en être informées, et elles doivent être informées sur les conséquences et les possibilités légales. Le Conseil agit sans control est expose ainsi ses citoyens à une situation arbitraire.

Il ne peut être possible que les activistes des Mojahedin iraniens par exemple entrent et sortent au Parlement Européen, et organisent des conférences de presse avec des députés, pendant que les activistes de l'organisation turque DHKC sont condamnés à des peines de prison de plusieurs années pour le même travail de lobbying à Bruxelles.  

Tous les deux mouvements figurent sur la liste noire. Aux premiers, le travail politique est momentanément autorisé en Europe, car le Conseil craint plus le gouvernement iranien actuel  que le mouvement de résistance.

Les autres se voient accusés de conspiration, parce que le gouvernement Erdogan se trouve en situation de flirt avec l'Europe, et parce qu'il est soutenu par les Etats Unis et l'Europe dans sa lutte contre l'opposition radicale dans son pays.

Qu'est-ce qu'il en est par exemple avec le Hamas?

Est-ce que les supporteurs de cette organisation doivent être considérés comme des terroristes?

Combien d'années de prison risque un citoyen belge qui, par exemple, gère le bureau d'information de Hamas à Bruxelles, si celui-ci traduit en français des communiqués de presse pour cette organisation?

Sera-t-il aussi condamné à quatre ans de prison? Et si Israël, par exemple, lance un mandat international d'arrêt contre cette personne - Est-ce qu'il serait aussi extradé par un autre Etat européen?

Une commission anti-terroriste indépendante devrait contrôler tous ces cas et devrait informer quelles organisations figurent sur la liste ou non, lesquelles on peut supporter légalement dans le cadre de ces lois, et sous quelles conditions un support moral devient éventuellement punissable.  

La pétition pour le cas de Bahar que nous avons diffusée sur Internet il y a quelques jours seulement a entretemps été signée par des milliers de gens dans le monde entier, et cela sans que les média lui aient consacrée énormément d'attention.

Pour moi, cela est la preuve que le temps est venu de lancer une initiative de citoyens au niveau européen contre cette nouvelle forme d'inquisition. Tout ceux qui veulent défendre des droits fondamentaux démocratiques sont appelés à signer cette pétition.

Malheureusement, la Constitution Européenne n'est pas encore en vigueur, sinon on aurait pu tout officiellement lancer une initiative de citoyens.
Notre prochain pas sera d'examiner les autres possibilités existantes et utiles qui s'offrent aux citoyens de l'Union Européenne afin de se défendre contre cette politique anti-terroriste.



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici