Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Le DHKP-C en guerre contre la drogue
par Bahar Kimyongür

En Turquie, la consommation de stupéfiants a augmenté de 400% en quatre ans. Sur 72 millions d'habitants, on dénombre près de 5 millions de personnes dépendantes de la drogue. Depuis plusieurs années déjà, les services secrets turcs et la police tentent de pervertir les quartiers politisés sous influence de la gauche révolutionnaire en y introduisant la drogue.


27/09/2006 - Dans son allocution donnée en 2003 sur le trafic de drogue, le premier ministre turc actuel Recep Tayyip Erdogan a dit ceci : «Il y a des gens qui perçoivent 5 milliards de dollars de bénéfice en provenance du trafic de l'héroïne, du haschich et de carburant. Plus de 700 policiers de la Sûreté d'Istanbul impliqués dans ce trafic auraient été démis de leurs fonctions. Le chef de la police en personne m'a dit : "quoique je remue, j'ai toujours à faire à des policiers associés à ces trafics (…)". Pour résoudre ce fléau, nous devrons compter sur des hommes qui aiment leur patrie, leur nation et dont le lait n'a jamais été mêlé». (Source : quotidien "Yeni Safak", du 9 novembre 2003).

Pas plus tard que samedi dernier (23/09), un gang de proxénètes géré par 6 policiers a été démantelé dans la région d'Igdir (source : "Sabah", 23 septembre 2006).

Et aujourd'hui même, l'agence Anatolie (27 septembre 2006) annonce l'arrestation de 8 policiers dans le cadre d'une opération visant le grand banditisme.La situation est telle que la population et les militants politiques des quartiers pauvres subissent régulièrement des agressions de la part des gangs de la drogue, qui peuvent s'avérer fatales.

Pour ne citer qu'un exemple, le 26 juin dernier vers 18h, l'association pour les droits et les libertés fondamentales du quartier populaire d'Ikitelli à Istanbul a été mitraillée par l'un de ces gangs en raison de la campagne préventive anti-drogue que mène ce centre social dans le quartier.

Le président de l'association Erkan Sönmez a été blessé par deux balles dans les jambes et immédiatement hospitalisé.Ainsi, tout au long de la période estivale, on a assisté à une recrudescence des actes criminels de la petite délinquance et de la pègre. Si tant et bien qu'en réponse, proxénètes et trafiquants de drogue ont été pourchassés sans relâche par les milices du DHKC jusqu'à devoir faire des excuses publiques à la population de ces quartiers.

En outre, de nombreuses campagnes préventives d'information contre la drogue et la prostitution sont organisées dans ces quartiers notamment par des distributions de brochures, des discussions ou des allocutions de cafés, des rencontres avec les familles qui en sont victimes et avec des pétitions et ce, pas uniquement à Istanbul : comme à Ankara, à Iskenderun (sud), à Samsun (nord) et à Dersim (est). (Source : "Yürüyüs", un hebdomadaire de 52 pages connu comme proche de la mouvance du DHKC).

On note par exemple dans le numéro 64, datant du 8 août dernier, que les Frontistes ont suspendu un calicot sur une maison de passe gérée par un certain Djemil (Cemil) dans le quartier de Bagcilar sur lequel il est indiqué : "Dans cette brasserie, des femmes sont poussées à la prostitution. Cemil, arrête ton sale boulot". La milice du DHKC mène également des actions musclées pour protéger la population des gangs de la maffia. On en dénombre plus de 30 depuis deux mois.

Les plus récentes datent des 13 et le 18 septembre denier. Elles ont eu respectivement lieu dans le quartier de Gazi et de Gülsuyu. Les proxénètes ont été traînés devant la population et ont été forcés de faire des excuses.

Certains d'entre eux ont vu leurs établissements saccagés. Les plus coopérants ont été interviewés par l'hebdomadaire "Yürüyüs" à travers lequel les responsables ont pu faire leurs excuses auprès de la population.

Pour une organisation comme le DHKP-C qui se bat pour l'émancipation de la population, il n'est rien de plus logique que de se battre contre un instrument de contrôle, d'aliénation et de soumission que constitue la drogue, et rien de plus diffamatoire que de prétendre le contraire.


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici