Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Discours de Stephan Galon (ABVV)


Dames en heren,
Kameraden,
Vrienden,

We zijn hier verenigd op enkele meters van de cel waar onze vriend Bahar momenteel ten onrechte gevangen zit.

Bahar is wellicht een symbool geworden, ondanks zichzelf, van de strijd voor vrije meningsuiting, van de strijd voor democratie, van de strijd voor de Mensenrechten.

Maar Bahar heb ik vooral leren kennen als een man bij wie het sociaal engagement het centrum uitmaakt van zijn bestaan, van zijn denken, van zijn voelen, van zijn archeologische opzoekingen, van zijn artistiek leven ook.

 
Stephan Galon
Prison de Nivelles - 25/03/2007
(Photo: Michaël Boireau)

Bahar heeft - en laat mij enkele seconden spreken als vakbondssecretaris - geen enkele grote betoging voor sociale rechtvaardigheid, geen enkele betoging voor de vrede, geen enkele betoging voor de maatschappelijke vooruitgang, gemist gedurende de afgelopen vijftien jaar.

Bahar is dus een man met overtuigingen. Zo koppig als een ezel, zo vol van het heilig vuur als een revolutionair, zo moedig en volhoudend als een Griekse marathonloper.

We zijn hier inderdaad verenigd om:

1) Bahar luidkeels te begroeten, hem te schreeuwen dat we naast hem staan, hem te zingen dat hij vandaag de schoonste van ons allen is.

We zijn hier om aan elkaar en aan de Belgische publieke opinie te zeggen dat het niet juist is, noch op moralistische gronden, noch op humanistische gronden, noch op grondwettelijke gronden, dat die gast voor 5 jaar in de gevangenis zit, voor het openlijk en op de meest transparant mogelijke wijze - en ik benadruk dit hier vandaag - zijn mening, zijn visie, zijn opinie uit te drukken.

2) We zijn hier verenigd om te zeggen dat de stemming door onze vertegenwoordigers in het Federaal Parlement in december 2003 van de antiterrorismewet - een blunder is, een fout is tegen het grondwettelijk fundament van de vrije meningsuiting, een fout is tegen de democratie zelf dus, en dus eigenlijk tegen alles waar ons land, ondanks alles, voor staat.

3) We zijn hier verenigd om uit te roepen, dat onze vraag om klaarheid te scheppen in de vermeende uitlevering van de te Sint-Agatha-Berchem geboren Brusselaar en Belg Bahar Kimyongûr aan Turkije via Nederland, een antwoord moet krijgen. Men kan en mag tov de vrouw, tov de zus,


tov de moeder en tov de familie en vrienden van Bahar deze knagende onzekerheid niet langer handhaven. En als ik dit zeg, is dit niet om met partijpolitiek banaal gedoe bezig te zijn. Dit is dus geen statement tegen een Minister, tegen een Regering, neen, dit zou te gemakkelijk zijn. Dit is een standpunt VOOR klaarheid, voor duidelijkheid, voor democratische spankracht en moed, dit is een standpunt voor het Parlement, ter versterking van het Parlement zelf. De parlementsleden moeten het aan zichzelf en ook aan de bevolking om de officiële besluiten van het syntheserapport van de onderzoekscommissies P en I, aan de publieke opinie mee te delen. Wij zijn als verontruste burgers helemaal geen koppensnellers, wij zijn als geëngageerde vrouwen, mannen en jongeren opgestaan, naar hier gekomen om jullie, parlementsleden, te steunen in het publiekelijk communiceren over deze vermeende uitleveringszaak.

4) We zijn tenslotte ook verenigd om aan Bahar en aan zijn dierbare familieleden te zeggen dat we hun hoop delen dat rechtvaardigheid moge geschieden door de uitspraak toekomende dinsdag door één van de hoogste instituties van het land, het Hof van Cassatie. Wij hopen dus woensdagmorgen wakker te worden in een groot, een rechtvaardig en een moedig land.



Oui, mes amis, unis dans l'attente que nous puissions nous réveiller mercredi matin dans un pays, notre pays, qui a fait preuve de grandeur, de justice et de courage.

La liberté d'expression concerne la société belge entière. La liberté d'expression est la chape de béton armé sur laquelle toutes nos maisons se créent : la liberté d'expression des écrivains et écrivaines, la liberté de création des danseuses et danseurs, la liberté d'expression de nos académiciens, la liberté d'opinion et d'action des militants altermondialistes, des écologistes, des militants de Greenpeace, des ONG, des militants des Droits de l'Homme, des syndicalistes et de tous ceux qui œuvrent pour un lendemain meilleur.


La Belgique que j'aime,
c'est la Belgique du courage, de ce pays qui sait monter en première ligne, en disant le premier au monde, NON ! contre les mines antipersonnelles, face à toute la communauté internationale ;


La Belgique que j'aime,
c'est la Belgique de la négociation, de la solidarité bétonnée entre la Wallonie, Bruxelles et la Flandre ;


La Belgique que j'aime, c'est la Belgique qui est fière de son modèle social, parmi les plus efficaces du monde, et en même temps un pays qui dispose d'une productivité par ouvrier qui dépasse tous les pays voisins de 20 % !!!

Ce pays est donc capable de tout, et donc aussi de dire NON à des lois qui sont injustes, et nous sentons tous dans nos tripes que ces lois sont injustes.

Je veux me réveiller mercredi matin dans un grand pays.

Je fais donc en toute simplicité et sur base de la seule force de mes convictions et avec votre appui - que je demande solennellement - un appel aux pouvoirs de notre pays :


Je demande
- à quelques mètres de mon ami Bahar - que le pouvoir juridique en général et la cour de Cassation en particulier soit juste et courageuse dans son verdict de ce mardi. Elle se doit de savoir qu'elle porte dans les heures qui viennent le poids de ses responsabilités et de son pouvoir réel: est-ce que oui ou non l'expression d'une opinion dans notre pays est un
crime ?


Est-ce que oui ou non, la lutte contre le terrorisme permet tout, et en pensant à Bahar, je pense par exemple
à la mise sur écoute sans aucune limite, comme c’est arrivé à mon collègue syndicaliste de Liège, Didier Brissa. Est-ce que oui ou non la lutte antiterroriste permet tout ? Jusqu' à briser les veines de notre pays, que sont les libertés, notamment la liberté d'expression? Si une initiative législative visant à combattre le terrorisme était à l'ordre du jour, avec un vrai débat contradictoire au sein du Parlement et de la société entière, qu’on mette alors autant d'énergie dans l'attaque des causes de certains problèmes extrêmement graves, comme l'humiliation permanente - incarnée entre autre dans cet affreux mur de béton - de notre peuple frère qui est le peuple palestinien.

 

Je demande - à quelque mètres de mon ami Bahar - que la Chambre et le Sénat, et notamment leurs présidents respectifs et leurs membres, soient courageux. Je leur demande, comme la Ministre Onkelinckx nous l'a répondu favorablement pour la première fois il y a quelque jours, et en présence de 600 militants, que cette loi, ennemie de la liberté d'expression et donc - soyons clair - de la liberté tout court, soit évaluée par le Parlement et modifiée, voire annulée.

 

Je demande que les députés de notre pays aient le courage du dépassement. Car, il ne faut pas que le fantôme des élections de juin prochain, les rende nerveux. Il vaut mieux rentrer dans la finale des élections politiques avec le cœur et l'âme nets en tant que Parlement, que de froucheler - comme on dit à Bruxelles – sous le tapis. En parlant de froucheler, je répète la demande légitime et justifiée que le rapport sur l'extradition présumée de Bahar soit complètement révélé à la lumière.

Députés de Belgique, dépassez-vous, le peuple sera avec vous, car le peuple belge - quant à lui - respecte les courageux.


Finalement, nous sommes malgré nous un mouvement social en devenir. Notre force, ce sont nos convictions partagées, dures comme fer et résistantes comme une Volkswagen diesel. Notre force, c’est notre absence de peur, notre courage, notre recherche de vérité, et notre solidarité dans le quotidien de cette lutte légitime et justifiée.

 

Mes amis, mes frères et sœurs dans le combat,

Permettez-moi ici à Nivelles, et toujours à quelques mètres de Bahar, de faire une remarque plutôt personnelle.


En vous voyant ici, tous différents, et de différents mondes, artistique, académique, citoyen et activiste, tous motivés, tous engagés pour des principes vitaux pour la vie en société, vous me faites penser à Kofi Annan qui en 99 à La Haye a parlé de notre « commun humanity », notre humanité
commune.


En vous regardant, je pense sentir ce qu'il a voulu dire. C'est ici, dans des moments de lutte ensemble, d'engagement partagé, que l'humanité elle-même est au plus beau, qu'elle se révèle à elle-même.


Bahar, mon frère de lutte, je t'embrasse et je continuerai jusqu'à ta libération. Je commande déjà la bière pour fêter le jour ou justice sera faite.


Et vous, mes amis, gardons toujours allumé le flambeau de nos convictions, de notre courage et de notre passion commune de justice, et de notre attachement viscéral aux Droits de l'Homme.

 

Mes amis, on va gagner.


Venceremos !



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici