Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


«C'est un cri du cœur»
Carte Blanche - par Samira Benallal, sœur de Nordine Benallal

Je veux par la présente à nouveau dénoncer la violation des droits de mon petit frère Nordin Benallal. Mon frère est un cas réel et contemporain de violation des droits de l'Homme. L’objectivité impartiale de la Justice fut en effet compromise par la médiatisation exagérée dont il fut victime.
Pour resituer le contexte,  rappelons les faits :
-en 1998, Nordin écope de cinq ans de prison pour vol avec armes factices.
-en 2004, 12 ans de prison et 27 ans de réclusion criminelle pour des délits de droits communs.

 
nordine
Nordine Benallal

-Evasion en 2000, il est arrêté après une poursuite mouvementée dans les rues de Bruxelles. Peu après, il parvient encore à fausser compagnie aux forces de l'ordre pendant son transfert. Il sera récupéré trois mois plus tard.
-en 2001, il s'évade de la prison de Nivelles grâce à l'aide de son frère qui se fait passer pour lui. Sa cavale dure trois semaines…
Chaque fois,  les faits sont relatés avec un excès de sensationnalisme par la presse et principalement par « La Dernière Heure ». Jamais mon frère n’est présumé innocent : au contraire on se plaît à lui imputer tous les braquages avec violence réalisés pendant ses cavales. Mon frère n’est pas l’ennemi public numéro 1. Contrairement à ce qu’on a pu lire dans la « Dernière Heure » ou entendre à la radio et à la télévision, mon frère n’est pas un individu extrêmement dangereux. Jusqu’à ce dernier procès, il n’avait jamais été condamné pour des faits de sang. Il n’a jamais, personnellement, tiré ou blessé des victimes de braquages.  Ce costume taillé par les médias, lui a,  j’en suis sûre,  porté préjudice.
Quel est le but d’une telle presse ? Apporter de l’eau au moulin de l’extrême droite pour qui les jeunes issus de l’immigration sont sans foi ni loi ?   N’est-ce-pas indigne du noble métier de journalisme ? 
 Mon livre intitulé « Mon frère n’est pas l’Ennemi public numéro 1 »,  retrace le parcours chaotique de mon petit frère Nordin, en dénonçant les dysfonctionnements et les dérives qui ont fait de lui, à tort, “l’ennemi public numéro 1”. Le premier message de cet ouvrage est d’abord que chacun doit assumer la responsabilité de ses actes et celui qui commet un délit doit en subir les conséquences mais pas de manière démesurée. Le second message est  qu’il faut responsabiliser les jeunes belges issus de l’immigration à une citoyenneté active et faire valoir leurs droits sans négliger leurs devoirs.
Mais comment y parvenir quand d’une part le système favorise la marginalisation des descendants d’immigrés et que d’autre part  des mécanismes d’exclusion sociale et de discrimination sont générateurs de délinquance. En effet,  la justice d’aujourd’hui stigmatise les jeunes issus de l’immigration. A délits identiques, les jugements sont plus sévères pour eux.
Nous devons  agir contre cet engrenage fatal pour qu’à nouveau nous puissions avoir pleine confiance dans notre Justice. C’est ce que j’ai répété à mainte reprises et pourtant… Dans son dernier procès, alors que plusieurs personnes sont suspectées d’être à l’origine de la fusillade, il prend 12 ans et les autres suspects sont acquittés !
En date du 27 octobre 2006, la cour d'appel de Bruxelles a ordonné la réouverture des débats. La cour d'appel a estimé que de nouvelles pièces devaient lui être déposées compte tenu du fait que le procureur général avait requis 15 ans de prison ferme mais surtout la mise à la disposition du gouvernement pendant dix ans, lorsqu'il aura purgé toutes ses peines. En effet, cette mise à la disposition ne peut être ordonnée qu'en cas de récidive. Or, les magistrats réclament les pièces qui fondent cet état de récidive. Les pièces devront être déposées à la date du 23 novembre. Ce jour-là, la nouvelle date pour le prononcé sera connue.
A quoi bon faire appel d’une condamnation injuste si celle-ci se voit augmentée ? La justice donne l’impression d’avoir des œillères, elle ne voit donc  pas les bavures et disfonctionnements flagrants dans ce dossier ?
A qui s’adresser pour demander que la Justice soit neutre, équitable,… ? Ce que nous subissons peut arriver à n’importe quel brave citoyen et lors de la rédaction de mon livre j’ai appris que c’est arrivé dans une moindre mesure à monsieur tout le monde coincé malgré lui dans l’engrenage judiciaire.
Je suis fière de vivre et d’élever mes enfants dans un Etat de droit mais je pense que si on veut que ces dysfonctionnements ne se généralisent  pas il faut être vigilant et dénoncer toutes les atteintes  aux droits du citoyen.
Enfin, je voudrais  que le parcours de Nordin serve de leçon à tous : jeunes, parents, juges, policiers, enseignants pour qu’ensemble nous réfléchissions à la manière d’éviter que d’autres vies ne soient gâchées.

Carte blanche écrite par Samira Benallal
Samira_benallal@yahoo.fr



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici