Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Communiqué du Clea - 25/04/2007
“Affaire Kimyongür”: les secrets de l'État belge dévoilés aux parlementaires
Conférence de presse ce 26 avril  [Voir diaporama]

La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et le Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association (CLEA) vous invitent à une conférence de presse à l'occasion de la dernière assemblée parlementaire de cette législature. Nous voulons profiter de cet évènement pour interpeller les parlementaires sur la manière dont ils ont été empêchés d'exercer leur rôle de contrôle du pouvoir exécutif. 

Jeudi 26 avril, de 16 à 17 heures, au “Titanic”,
au coin de la rue de l'Enseignement et la rue du Congrès
(Le rendez-vous au Parc Royal est annulé)

Lors de cette conférence de presse, animée par Jean-Claude Englebert (responsable du groupe “interpellation des parlementaires” du CLEA),

  • Bahar Kimyongür présentera la plainte qu’il a déposée contre l’État belge relative à sa tentative d’extradition vers la Turquie via les Pays-Bas.
  • Josy Dubié présentera le dossier relatif à la mise sous secret du rapport des comités “P” et “R” relatif à cette tentative.
  • Jean-Claude Englebert présentera la campagne et le nouveau matériel du CLEA en vue de la publication du rapport, à l'occasion de la campagne électorale.

Un communiqué et un dossier de presse complet vous seront remis.

A la fin de la conférence de presse une lettre ainsi qu'un dossier seront remis à chaque chef de groupe de la Chambre et du Sénat.

Ligue des droits de l'Homme,
Comité pour la liberté d'expression et d'Association.


L’extradition manquée d’un citoyen Belge vers la Turquie
par l’État Belge

Le combat du CLEA et de la LDH s’étend
à l’interpellation du monde politique.

Le 19 avril dernier, la plus haute instance judiciaire du pays, la Cour de cassation, a estimé inéquitable l’arrêt condamnant les prévenus dans le cadre du procès «DHKP-C». Il s’agit d’une étape importante dans le combat mené par le CLEA (Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association) et la LDH (Ligue des Droits de l’Homme) dans ce dossier.

Ce 26 avril marque également la fin pratique de la législature en cours. Le Parlement et le Sénat s’apprêtant à siéger pour la dernière fois, nous voulons interpeller ses membres, représentants et garants de notre démocratie, sur les conditions dans lesquelles leur rôle de contrôle démocratique a pu s’exercer.

Divers médias (Le Soir, 19 septembre 2006) ont révélé que, le 26 avril 2006, une réunion secrète, présidée par la chef de cabinet adjoint de la ministre de la Justice, en charge des dossiers de terrorisme  aurait eu lieu en présence, entre autres, de membres du Parquet fédéral impliqués dans le procès. But de la rencontre : livrer à la police politique de l’État turc un citoyen belge, Bahar Kimyongür. Cette démarche pose un triple problème :

  1. L’extradition par la Belgique d’un de ses nationaux est illégale ;

  2. le procédé relève de la collusion entre pouvoirs exécutif et judiciaire ;

  3. la Turquie réserve à ses opposants politiques un sort pour le moins inquiétant.

Le Sénateur ECOLO Josy Dubié a demandé et obtenu qu’un rapport soit établi par les Comités P et R. Ce rapport n’est consultable que par les cinq membres de la commission de suivi des Comités P et R, dans des conditions telles qu’il n’est pas exploitable par les parlementaires.

Selon nous, les parlementaires sont ainsi privés de leur capacité à exercer leur rôle de contrôle démocratique. Il s’agit d’une dérive grave. Nous interpellons donc ce jour les chefs de tous les groupes représentés dans chacune des assemblées fédérales à ce sujet (voir dossier).

L’arrêt rendu par la Cour de cassation le 19 avril dernier est une étape importante. Nous en sommes particulièrement heureux, au niveau tant du droit que du sort individuel des militants politiques qui ont recouvré leur liberté suite à cet arrêt.

Pour nous, il ne s’agit cependant que de la première étape d’un processus de longue haleine. Nous entendons continuer à nous battre pour que :

  1. Bahar Kimyongür, Musa Asoglu, Sükriye Akar et Kaya Saz bénéficient d’un procès équitable, où ils seront jugés en fonction de leurs actes et non selon de présupposés rôles induits par leurs opinions ;

  2. la loi anti-terroriste adoptée par l’actuelle majorité gouvernementale, renforcée pour la circonstance par les voix du CdH, du CD&V et du Vlaams Belang, le 19 décembre 2003, soit abrogée ou amendée afin de ne plus brider la liberté d’expression dans notre pays ;

  3. la reconnaissance d’une organisation comme étant terroriste fasse l’objet d’une procédure publique et démocratique et ne soit pas soumise à l’arbitraire éventuel d’États tiers, sans nous focaliser sur le cas particulier du DHKP-C ;

La dissolution du Parlement et du Sénat marque l’entrée des partis politiques en campagne électorale. Nous comptons faire entendre notre voix durant les six semaines qui restent d’ici aux élections :

  1. Nous veillerons à ce qu’une réponse soit fournie par les membres de la Chambre des Représentants et du Sénat suite à notre interpellation de ce jour ;

  2. nous interpellerons les partis par rapport aux votes qu’ils ont exprimé depuis 1999 concernant diverses lois à caractère sécuritaire ;

  3. nous inviterons les partis à plusieurs débats publics par rapport à ces lois et en particulier par rapport aux lois anti-terroristes ;

  4. en parallèle, nous continuerons nos actions de sensibilisation à l’intention du public ; ces actions auront pour but de promouvoir les enjeux démocratiques pour lesquels nous nous battons, de mettre en évidence le caractère inéquitable du traitement réservé par la Justice belge aux accusés du procès DHKP-C ainsi que de leurs conditions de détention jusqu’au 19 avril dernier.

Nous sommes conscients de ce que de nombreux innocents ont été touchés par le terrorisme ces dernières années. Nous voulons cependant attirer l’attention citoyenne sur le danger pour la démocratie que représente l’adoption de lois liberticides dans la foulée de ces évènements violents.

Pour le groupe «Interpellation des parlementaires» du CLEA,
Jean-Claude Englebert
jeanclaude.englebert@ecolo-forest.be
0478/87.92.72

 

coffre

 



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici