Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


La Cour de Cassation annule le jugement prononcé à l'encontre des sept membres présumés du DHKP-C!

En conséquence, le Comité pour la Liberté d'Expression et d'Association organise ce vendredi 20 avril à 10 heures 30 une confénce de presse exceptionnelle au siège de la Ligue des droits de l'Homme (303, chaussée d'Alsemberg à Uccle)...


Le Clea et la famille Kimyongür fêtent cette victoire dès ce soir. Rendez-vous à l'UPJB - 61, rue de la Victoire - 1060 Bruxelles - dès 20 heures ce 19 avril, en présence des détenus libérés.

terroristes?

19/04/2007: Des terroristes dans la salle d'audience? On se croyait au Moyen Âge et dans la tradition directe des bourreaux masqués pour accomplir leur sale besogne. Bahar Kimyongür et Sukriye Akar ont été conduits dans la salle d'audience par des policiers cagoulés ne portant, par ailleurs, aucun signe indiquant leur apparenance à la police.

Ce jeudi 19 avril 2007, la Cour de Cassation a donc décidé de jeter un bâton dans les roues de la Justice expéditive, trafiquée et manipulée.
[Lire : L'arrêt de la Cour de cassation]
En déclarant illégale la nomination du juge Freddy Troch (spécialement désigné à la tête du tribunal correctionnel de Bruges pour être sûr d'obtenir un verdict à la sévérité exemplaire...), la Cour de Cassation s'est expressément basée sur l'Article 6 de la Convention européenne des droits de l'Homme. Cet Article exige, en effet, pour tout prévenu l'impartialité du tribunal chargé de le juger. Or il suffit qu'un seul élément de suspicion existe, selon le Président Forier de la Cour de Cassation, pour que soit contestable la légimité du tribunal, ce qui est le cas.

En dénonçant comme illégale, la composition du tribunal de premier degré, la Cour de Cassation prononce du même coup l'illégalité du verdict rendu, l'illégalité des arrestations immédiates qu'il a entrainées dès le 28 février 2006. Qui plus est, l'illégalité ainsi prononcée contre le tribunal correctionnel, indûment présidé par le juge Freddy Troch, a comme conséquence la nullité de l'Arrêt prononcé le 7 novembre 2006 par la Cour d'Appel de Gand (du coup, un autre procès en Appel devrait avoir lieu à Anvers cette fois)...

Conséquence de ce constat sans fioriture? Selon les avocats de la défense, Sükriye Akar, Musa Asoglu ainsi que Kaya Saz (tous trois détenus dès le 28 février 2006 à la prison de Bruges) ainsi que Bahar Kimyongür (emprisonné depuis novembre, d'abord à Bruges puis à Nivelles) devraient être libérés dans les prochaines heures...

Par la décision de la Cour Cassation en tous cas, c’est la combinaison d’un travail juridique sérieux (menée par des avocats tenaces) et d’une mobilisation citoyenne décidée, croissante et déterminée… qui aura été plébiscitée. Ce verdict ne peut qu’inciter le Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association à accentuer son action citoyenne pour obtenir l’annulation du «procès DHKP-C», un procès-test  pour notre démocratie, un procès créant une jurisprudence d’exception –menaçant, tout à la fois, la liberté d’expression, la liberté d’association et le droit à la contestation. En première instance à Bruges, puis en appel à Gand, des militants opposés au régime d’Ankara ont été condamnés non pour des délits qu’ils auraient commis, non pour des actes de violence qu’ils auraient perpétrés mais pour leurs convictions politiques, pour leur engagement.

Evidemment , il nous reste un long combat à mener. Ainsi, lors des deux premières audiences de Cassation, l’une des détenues (Sukriye Akar) qui avait demandé de pouvoir y participer, a une nouvelle fois subi des traitements inhumains et dégradants «made in Guantanamo» (fouille complète à nu, quatre fois; port d’un bandeau sur les yeux durant tout le trajet jusqu’au Palais et au retour, jusqu’à la prison; obligation de porter toute la journnée une lourde ceinture de contention, à laquelle étaient constamment fixées les menottes, etc…). Là encore, la Belgique copie les pratiques turques et américaines, alors qu’on nous répète à l’envi que l’Europe possède ses valeurs propres –empruntes des droits de l’Homme.

Car le procès intenté contre des membres présumés du DHKP-C constitue la preuve manifeste que, dans notre pays, le gouvernement, une partie du monde judiciaire et l’appareil policier utilisent la peur suscitée par les attentats du 11 septembre pour criminaliser les oppositions sociales.

Nos dirigeants prétendent protéger la démocratie, et assurer plus de sécurité publique? Pourtant, ce procès démontre tout le contraire: sous couvert de «guerre contre le terrorisme», ce sont les conquêtes démocratiques qui sont remises en question.

Quoi qu’il en soit, le CLEA continuera son combat pour qu’éclate au grand jour le scandale dans lequel sont impliqués les plus hauts responsables de ce pays –que ce soit dans l’ordre politique, policier ou judiciaire.

Le 28 avril 2006 en effet, Bahar Kimyongür était arrêté aux Pays-Bas en vue d’être extradé vers la Turquie. Un rapport a été remis par les comités P et R, à la demande de parlementaires, pour connaître le rôle de l’Etat belge dans cette affaire. Ce rapport est maintenu caché dans les coffres du Parlement. Pourquoi ? Que révèle ce rapport ? Que Laurette Onkelinx a menti, à trois reprises au moins, aux parlementaires ; que des représentants du premier Ministre, des Ministres de la Justice et de l’Intérieur, de la Sûreté de l’Etat et de la magistrature se sont réunis secrètement pour accomplir un acte à la fois illégal (la Belgique ne peut extrader ses ressortissants) et immoral (est-ce conforme aux droits de l’Homme de remettre Kimyongür entre les mains des bourreaux dont il dénonce les crimes depuis des années?) ; que la police belge, la Sûreté de l’Etat (en collaboration avec la police turque) ont dénoncé notre compatriote à leurs homologues hollandais alors qu’on parle justement de renforcer encore les pouvoirs des services de sécurité…

Il est évident que si la Belgique est définie comme une démocratie, les parlementaires doivent avoir accès au rapport des comités P et R pour pouvoir l’analyser et en diffuser le contenu. La lumière doit être faite dans cette affaire. Pour cela, il faut que ce rapport soit rendu public. Avant les élections du 10 juin !

C’est la raison pour laquelle le CLEA interpellera le 26 avril, lors de la dernière séance du Parlement, les sénateurs et députés sur cette affaire et organisera «un après-midi événement», le samedi 28 avril, pour le premier anniversaire de l’arrestation de Bahar Kimyongür aux Pays-Bas. Cet après-midi se composera d’un rassemblement à 16 heures sur les marches de la Bourse, de prises de paroles de personnalités dès 17 heures au Beursschouwburg et d’un concert de Rey Cabrera (Buena Vista Social Club) à 18 heures.

Ce procès d’exception, ces traitements dégradants, le kidnapping de Kimyongür ont été rendu possibles par l’utilisation de la loi antiterroriste belge de 2003, qui est un copié-collé des législations adoptées par l’administration Bush après le 11 septembre 2001. Il existe déjà dans l’arsenal législatif belge tout ce qu’il faut pour condamner des individus commettant des actes violents ou qui y participent. La loi « antiterroriste » rencontre un autre objectif : criminaliser les contestataires, évacuer la dimension politique d’un combat social en le présentant comme du banditisme. Cette loi s’inscrit dans un climat antidémocratique où des opposants au régime d’Ankara sont qualifiés de terroristes, où des altermondialistes liégeois sont mis sur écoute en étant assimilés à des criminels, où Greenpeace est catalogué comme une «association de malfaiteurs»…

Ces lois liberticides doivent être remises en question, doivent être abrogées. Le CLEA sera présent dans la campagne électorale pour exiger que le prochain gouvernement remette en question ces lois, en particulier la loi « antiterroriste » de 2003.

La CLEA continuera à accroître sa pression, tout en invitant les démocrates et les progressistes de ce pays à se mobiliser contre les évolutions ultrasécuritaires et antidémocratiques, inspirées à nos dirigeants, par l’administration américaine.

Seront présents à la conférence de presse ce vendredi:

- Josy Dubié, sénateur Ecolo,
- Stephan Galon, secrétaire syndical, centrale générale FGTB Bruxelles Brabant flamand,
- Daniel Flinker, porte-parole du Clea,
- Bahar Kimyongür, militant politique,
- Benoît Vandermeerschen, président de la Ligue des droits de l'Homme.

Le Comité pour la Liberté d'Expresion et d'Association
www.leclea.be


Quelques photos du rassemblement de ce 19 avril :

 
es
   
 
1
   
es
   
 
2
   
 
es
   
es
3
es  
es
   
es
4
   
es
   
es
5
   
es
   
es
6
   
es
   
es
7
   
es
   
es
8
   
es
   
 
9
   
 
es
   
 
10
   
 
es
   
 
11
   
 
es
   
 
12
   
 
es
   
 
13
   
 
es
   
 
14
   
 
es
   
 
15
   
 
es
   
 
16
   
 
es
   
 
17
   
 
es
   
 
18
   
 
es
   
 
19
   
 
es
   
 
18
   
 
es
   
 
21
   
 
es
   
 
22
   
 
es
   
 
23
   
 
es
   
 
24
   
 
es
   
 
25
   
 
es
   
 
26
   
 
es
   
 
27
   
 
es
   

 



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici