Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Poursuite du procès contre les leaders de la LAE :
L'avocat général a requis un an de prison contre les deux dirigeants de la Ligue arabe européenne
par Nadine Rosa-Rosso

Lundi 08.09.2008 - Ce lundi a repris le procès contre les leaders de la Ligue arabe européenne (LAE) à la Cour d’appel d’Anvers. L'avocat général a requis un an de prison contre les deux dirigeants, soit la même peine que celle que leur avait infligé le tribunal de première instance.

Les plaidoiries des deux avocats de la défense ont permis de décortiquer une nouvelle fois la loi de 1891 (incitation à l'émeute) sur la base de laquelle les délégués des Forges de Clabecq avaient également été poursuivis.

La défense a démontré que cette loi – qu’elle a d'ailleurs contestée - n'était pas applicable aux deux inculpés.
 
dyab
Le politologue belgo-libanais Dyab Abou Jahjah Président de la LAE


Elle est longuement revenue sur le témoignage du commissaire Lamine, responsable de police au moment des faits, qui a confirmé que Dyab Abou Jahjah et Ahmed Azzouz n'étaient arrivés sur place qu'après le début des incidents et que leur rôle avait été de négocier et de trouver une issue pacifique à la colère des jeunes (suite au meurtre d'un jeune enseignant islamique).

La défense a aussi plaidé la prescription des faits, ceux-ci datant de novembre 2002.

Outre la demande de condamnation à un an venant du ministère public, l'avocate de la partie civile (Ethias, assureur de la Ville d'Anvers) a demandé que les inculpés soient, de plus, condamnés à rembourser les dégâts occasionnés par la manifestation.

Dyab Abou Jahjah a à nouveau retracé brièvement les faits de l'époque en ce qui concerne sa participation et dénoncé la criminalisation dont la Ligue Arabe Européenne a été l'objet pendant plus de six années, procès y compris. Il a rappelé à cet égard la déclaration publique du conseiller du premier ministre de l'époque «Il faut éliminer cet homme» et espéré que la justice démontrerait son indépendance en jugeant uniquement sur base des faits et non sur base des opinions politiques des inculpés. Il a rappelé qu'il s'agissait au départ d'un dossier de 4.000 pages dont toutes les "accusations" sont tombées les unes après les autres et qu'il ne reste que celle "d'offense à la police" (ce que le commissaire Lamine lui-même a contesté, estimant ne jamais avoir été insulté par les inculpés). Monsieur Abou Jahjah a ajouté qu'il ne demandait pas seulement l'acquittement pur et simple mais qu'il souhaitait que les responsabilités politiques de la campagne de criminalisation soient établies (campagne qui a mené, pour de nombreux membres de la LAE, à perdre leur emploi, notamment) afin que cela n'arrive plus jamais dans ce pays.

Soulignons que pour un procès aussi scandaleux, seule une vingtaine de personnes étaient présentes dans la salle. Soyons plus nombreux pour assister au prononcé du jugement le 20 octobre prochain (pour ceux qui ont suivi le procès en appel du DHKP-C à Anvers, c'est le même palais de justice, au Waalse Kaai).

Nadine Rosa-Rosso


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici