Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Synthèse des réponses formulées par Madame Demet, membre du cabinet de Laurette Onkelinx, aux représentants du Clea et des familles des détenus politiques de Gand et Bruges lors de la rencontre du 18-01-2007

Lors de la première rencontre entre les familles des détenus, le Clea, le cabinet de la Ministre de la Justice, le directeur de la prison de Gand et la responsable de l’administration pénitentiaire du côté néerlandophone du pays, il nous avait déjà été signifié qu’en matière de libération conditionnelle ou des régime ouvert, il fallait attendre la fin de la procédure de cassation (qui devrait avoir lieu le 27 mars) et que les détenus devaient purger un certain temps de détention proportionnel à la peine pour pouvoir passer devant une commission qui statue sur les demandes.

Lors de cette seconde rencontre, le cabinet a répété qu’il ne répondrait qu’aux revendications qui concernent les conditions de détention bien qu’il ait transmis à la Ministre les demandes d’éclaircissement formulées par la famille Kimyongur concernant la tentative de livraison de Bahar Kimyongur à la Turquie via les Pays-Bas en avril dernier et les positions du Clea sur le jugement du 7 novembre et sur la législation antiterroriste.

Concernant les conditions de détention proprement dite, il nous a été répondu qu’une rencontre  a eu lieu quelques semaines auparavant entre les avocats des détenus et la direction générale des institutions pénitentiaires. Il a été reconnu par celle-ci que les décisions judiciaires s’imposaient et qu’il fallait voir ce que cela signifiait concrètement. De plus, la loi sur les régimes particuliers étant d’application depuis le 15-01-2007, la situation des détenus va s’éclaircir.

Toujours selon Madame Demet, depuis le 17 janvier, les détenus de Bruges, Musa Asoglu, Sukriye Akar et Kaya Saz peuvent voir leurs familles et leurs avocats autour d’une table. Ils pourront enfin recevoir la visite de leurs connaissances mais derrière une vitre. Ils se trouvent donc dans les mêmes conditions, en matière de droit de visite, que Bahar Kimyongur, ce qui ne constitue toujours pas le régime normal. Cette situation peut-être revue, réévaluée après 21 jours.

En ce qui concerne l’observation, ils sont soumis comme les autres détenus à une surveillance toutes les heures avec une veilleuse de 20 watts.

Les objets qui sont autorisés pour les détenus DHKC sont les mêmes que ceux autorisés pour les autres détenus. Ainsi, la demande de Bahar Kimyongur concernant un ordinateur –pour pouvoir reprendre des études- sera étudiée de la même manière que si un autre détenu  formulait cette demande.

Concernant la réception par les détenus de la presse, il a été reconnu qu’ils avaient droit à recevoir les journaux. Comme tous les détenus, les quatre intéressés doivent faire une demande à la prison chaque fois qu’il souhaite recevoir une nouvelle publication. 

Concernant Bahar Kimyongur, les interlocuteurs acceptent qu’il puisse bénéficier de visites intimes et son transfert à la prison de Nivelle se fera avant le 28 février où il bénéficiera des mêmes conditions de détention qu’à la prison de Gand où il se trouve actuellement.

Musa Asoglu, quant à lui, devra attendre la fin de la procédure en cassation, pour demander d’être transféré auprès de sa famille, dans un établissement néerlandais.

Enfin, pour les détenus de Bruges et de Gand, il est actuellement interdit de participer aux activités collectives (culturelles et sportives des établissements pénitentiaires).

Les membres du Clea présents à la rencontre ont annoncé qu’il transmettraient ces informations à la population, qu’ils seraient attentifs à la réalité des promesses formulées ainsi qu’aux évaluations annoncées et qu’ils continueraient à mobiliser pour que les dernières restrictions au niveau des conditions de détentions soient levées.


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici