Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


chroniques

Tortures policières au pied du monument aux droits de l’Homme à Ankara
Bruxelles, 18 juillet 2007

Le 16 juillet au soir, 154 membres du Front pour les droits et les libertés (HÖC), une organisation sociale issue de la gauche radicale, ont été arrêtés à Ankara lors d’un meeting anti-électoral intitulé «Les élections ne sont pas une solution. Rejoignons la lutte pour l’indépendance de la Turquie». Dix autres membres de HÖC ont été sauvagement tabassés par la police.
L’une des deux victimes des violences policières, Eray Destegül, un étudiant à la Faculté des langues, d’histoire et de géographie (DTCF) à Ankara et membre de la Fédération de l’association de la jeunesse (Gençlik Dernegi Federasyonu) se trouve en ce moment entre la vie et la mort. Après avoir été torturé en pleine rue par les forces d’intervention spéciales (çevik kuvvet), il a été hospitalisé à la faculté de médecine de l’hôpital de Gazi à Ankara.

 


De nombreux passants ont hué la barbarie de la police et une vingtaine de membres du Parti communiste de Turquie (TKP) a manifesté à l’endroit même où les membres de HÖC ont été battus.

En ce moment, 126 membres de HÖC comparaissent devant le procureur de la république. Les témoins oculaires soulignent que les brutalités policières se sont poursuivies durant la comparution des manifestants au tribunal.

Le lendemain, des membres de la Confédération syndicale des employés (KESK), de la plateforme socialiste des opprimés (ESP), des Maisons du Peuple (Halkevleri), de l’Initiative pour la Paix (Baris Inisiyatifi) et de la Plateforme révolutionnaire indépendante de classe (BDSP) ont manifesté pour protester cette brutalité policière.

Ce dimanche, la Turquie va connaître de nouvelles élections générales.

Au total, 7395 candidats sont en lice dans les 85 circonscriptions électorales du pays pour pourvoir les 550 sièges de la Grande Assemblée nationale.

Aux côtés des 14 partis politiques qui se présentent, la loi électorale fixant le seuil national d’entrée au Parlement à 10%, les organisations de la gauche radicale et les patriotes kurdes du DTP ont décidé de présenter des candidats indépendants pour assurer leur élection.

Selon les estimations, une fois élus, les candidats pro-kurdes devraient pouvoir former un groupe à l'Assemblée avec au moins une vingtaine de députés, probablement le groupe parlementaire du parti de la société démocratique (DTP).

Le DHKP quant à lui, a décidé de boycotter les élections pour renforcer un 3e front extraparlementaire en rupture avec la polarisation entre une armée qui exacerbe le nationalisme fasciste et l’AKP au pouvoir, soutenu par Bruxelles et Washington. Dans son dernier communiqué, le DHKP précise cependant ne pas mener campagne contre les candidats pro-kurdes et ceux de la gauche radicale.

Lors des dernières élections législatives de 2002, 11 millions des 42 millions d’électeurs ne s’étaient pas rendus aux urnes. Craignant toute velléité de désobéissance de la population envers les shows électoraux, les autorités, appuyées par la presse, ne cessent d’appeler les gens à remplir leur devoir civique.

Aujourd’hui, nombreux sont les citoyens qui ne se font plus d’illusions dans les élections. Par exemple, à Uzunköprü dans la province d’Edirne (région de Thrace), les habitants de la ville ont créé le Parti de la dernière chance (Son çare partisi). Les symboles de leur parti sont la pelle, la pioche et le cercueil « pour enterrer les autres partis ».

On note aussi qu’aux portes de certains villages, des habitants désabusés par les promesses électorales, ont planté des panneaux invitant les candidats en tournée électorale à rebrousser chemin.

Les brutalités policières observées lors de la manifestation pacifique des membres de HÖC montrent une nouvelle fois le caractère illusoire de la démocratisation de la Turquie et donne une nouvelle fois raison aux millions de protestataires qui boudent les élections.

[Source: Halkin Sesi (www.halkinsesi.tv), le18 juillet 2007]



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici