Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Procès DHKP-C du 25 mai : les enjeux
Communiqué du Clea - 18/05/2009

Qui a dit que le dossier DHKP-C était vide ? Et qu'il n'existait aucun élément démontrant une quelconque intention de l'organisation marxiste turque à vouloir commettre des actes de violence en Belgique ?

Musa Asoglu, l'un des six inculpés du procès ? Non, c'est Georges Timmerman, journaliste à De Morgen, lors de l'émission de la RTBF Devoir d'enquête du vendredi 15 mai.

  palais justice  bxl

Ce n'est pas non plus Bahar Kimyongür qui estime que Johan Delmulle -le procureur qui s'acharne à le poursuivre- a participé à « un plan machiavélique » en vue de le livrer aux autorités turques. Non, c'est un responsable de la Sûreté de l'Etat belge qui l'affirme sans ambages.

Le CLEA le pense aussi mais c'est le journaliste Paul Allaer qui confirme que, dans l'affaire DHKP-C, tout tourne autour de l'application de la loi antiterroriste, une loi qui ne nécessite pas la commission de délits pour être considéré comme un terroriste.

Et c'est l'ancien Directeur général de la Législation, des Libertés et Droits fondamentaux au Ministère de la Justice, Claude Debrulle, qui ajoute que de plus en plus de gens s'interrogent sur cette loi parce qu'elle menace la liberté d'expression et la liberté d'association.
 
Vendredi dernier, Devoir d'enquête a apporté plusieurs éclairages pertinents pour comprendre qu'une condamnation de Bahar Kimyongür -au terme du nouveau procès DHKP-C qui s'ouvre à la Cour d'appel de Bruxelles lundi prochain- constituerait un grave précédent pour tous les citoyens.

Un dossier pour voir plus clair
Le dossier qui suit, sur base d'une analyse approfondie des différents verdicts rendus jusqu'ici dans l'affaire «Kimyongür, Erdal et consorts», démontre pourquoi la loi antiterroriste est source d'insécurité juridique, de dépréciation du Droit et de corruption des libertés. Une synthèse à lire absolument avant l'entame du procès : Quatre procès, deux cassations

D'autant qu'il faudrait consacrer une émission supplémentaire sur ce qui fonde la militance du DHKP-C. Dans le cadre du reportage de la RTBF, en effet, ont été largement passées sous silence une série de thématiques relatives à la situation en Turquie : le non-respect constant des droits de l'Homme qui continue à y prévaloir, les souffrances subies par les cohortes de traîne-misère mais aussi les salariés. Sans parler des exactions d'Etat exercées à l'encontre des minorités « nationales » sauvagement réprimées chaque fois qu'elles font valoir les plus élémentaires revendications démocratiques.
 
Si vous souhaitez vous informer et découvrir les multiples aspects d'un dossier décidément «pas comme les autres», le CLEA vous invite à consulter les liens suivants :

- Commandez le livre de Bahar Kimyongür Turquie, terre de diaspora et d'exil
- Lisez le dossier «L'autre affaire Erdal»

Problème de mise en perspective ? L'investigation à laquelle se sont livrés les reporters de Devoir d'enquête s'est limitée, par moments, à une répétition des mots du Pouvoir : aucun questionnement n'a, par exemple, été formulé au sujet de la qualification d' « organisation terroriste » dont fait l'objet le DHKP-C. Les pressions exercées par l'Etat turc et la décision du Pouvoir Exécutif européen prise à ce sujet, sans aucun débat démocratique, soulèvent pourtant bien des interrogations. Gageons que des journalistes se pencheront rapidement sur les problèmes qui suscitent les «listes noires» de l'UE et qu'ils informeront la population de la menace que fait planer sur la démocratie, « la guerre contre le terrorisme ».
 
La RTBF l'a remarqué mais il faut encore le souligner : Le procès DHKP-C, qui reprend le 25 mai à Bruxelles, constitue une occasion de mener à bien un débat nécessaire sur les dangers des législations «antiterroristes».
 
Au travail !
 
 
L'agenda du CLEA pour le mois de mai :

- 19 Mai : Les terroristes font-ils la loi ? Ligue des droits de l'Homme et Bruxelles Laïque, en présence du Clea, 20h00, avenue de Stalingrad 18-20, 1000 Bruxelles. Un débat avec des parlementaires suivi, à 21h30, de la projection du documentaire Résister n'est pas un crime retraçant les moments clés de l'affaire DHKP-C.

- 25 mai : Rassemblement, 8h30, marches du Palais de Justice de Bruxelles avant la première audience du nouveau procès DHKP-C. [Lire]



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici