Jump to main content
banner
 
es Naviguer dans la version précédente du site
 


Le film retraçant le combat du Clea [Cliquez sur l'image]

 

Livre Bahar
Livre de Bahar Kimyongür
Commandes : Cliquez sur l'image

 
Législations liberticides
Appel du SAD
es Une nouvelle inquisition
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
  Une presse sous emprise
es Cartes blanches, articles
 

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image




 


LE SOIR 17 h
Édition du vendredi 21 juin 2013
Politique

[Le Soir 17h- 21/06/2013]

Le Soir 21/06/2013  

Bahar Kimyongur: «Je soupçonne Joëlle Milquet d'avoir trafiqué sur mon dos»

MARC METDEPENNINGEN
Vendredi 21 juin 2013

"Ne vous laissez pas embrigader"

Propos de Bahar Kimyongur recuellis par Ricardo Gutierrez le 28 mai 2013 [Lire]
 
INTERVIEW EXCLUSIVE Arrêté alors qu’il visitait la cathédrale de Cordoue avec femme et enfants, Bahar Kimyongur a été libéré mercredi. Il commente son arrestation: «La Belgique, une nouvelle fois, a été l’objet de pressions de l’Etat turc.»

Il était tard. La chaleur renaissante pesait sur Madrid et la prison Soto del Real où le militant d’extrême-gauche belge Bahar Kimyongur avait été emprisonné sur foi d’un mandat d’arrêt international lancé par la Turquie pour un chahut lancé au Parlement européen en 2000 alors que s’y trouvait un ministre turc, décédé depuis… Devant la prison, une foule de journalistes se pressaient. Non pas pour Bahar Kimyongur, mais bien pour une personnalité espagnole, elle aussi libérée, et impliquée dans des faits de détournements.

La veille, Bahar Kimyongur avait été transféré du commissariat de Cordoue dans une camionnette pénitentiaire, entravé, les mains dans le dos, sur les sièges de cuir de ce bahut qui fonçait à vive allure vers le tribunal de l’Audience Nationale de Madrid où le juge Javier Gomez Bermudez devait statuer sur son sort. «Soto de Real était une prison correcte, en regard de ce que j’avais connu à Cordoue dans les cellules rongées par la mérule», esquisse Bahar Kimyongur, quelques heures après sa libération conditionnelle, accordée sous le bénéfice du versement d’une caution de 10.000 euros (rassemblée par sa famille), dont le remboursement est conditionné à sa représentation « à tous les actes de procédure » nécéssités par la demande d’extradition turque.

Dans la cathédrale de Cordoue

Il était 15h45, peut-être 16 h, ce lundi 17 juin. Bahar Kimyongur, son épouse Deniz et leurs deux enfants étaient arrivés à Cordoue, après être passés par Genève, Faro (Portugal). Il voulait contempler, lui le licencié en archéologie et histoire de l’art de l’ULB, ce lieu magique de l’architecture religieuse, d’abord temple romain, ensuite mosquée symbole de l’art des Omeyades, devenue enfin église, puis cathédrale au gré de la Reconquista espagnole du XVIeme siècle. Les enfants étaient sans nul doute fatigués de ces vacances studieuses. « J’étais à la recherche d’une ambiance, comme celle que je connaissais à Antioche, la ville dont ma famille est originaire, raconte Bahar Kimyongur. Les forêts de colonnes de ce bâtiment islamo-chrétien sont merveilleuses. Les enfants étaient exténués. Nous nous sommes assis sur les longs bancs de bois de la cathédrale. On était sur le point de sortir. J’ai vu un jeune homme. Je lui ai demandé où étaient les toilettes ». Son épouse, Deniz, avait mangé une pêche dans l’édifice religieux. Elle a cru que l’intervention policière était motivée par cela. « Ce jeune homme, poursuit Bahar Kimyongur, était un policier en civil. Neuf autres ont fait irruption pour m’arrêter. Il y avait une femme qui parlait vaguement le français. Et dehors nous attendaient trois fourgons. Même mes enfants ont été emmenés au commissariat ».

Transféré à Madrid à l’audience Nationale, Bahar Kimyongur a finalement été libéré sous caution. « Le juge a demandé à la Turquie des précisions sur cette demande d’extradition », précise son avocat belge Christophe Marchand.

Un précédent avec les Pays-Bas

Bahar Kimyongur, acquitté par les tribunaux et Cours belges des accusations d’appartenance à une organisation terroriste (le DHKP-C), avait déjà été arrêté en 2006 aux Pays-Bas. Les services hollandais avaient été renseignés par les services belges, désireux de laver l’affront subi par l’évasion réussie de Fehriye Erdal, cette militante du DHKP-C qui devrait répondre prochainement par défaut devant la cour d’assises de Gand du triple assassinat commis à Ankara dans la tour Sabanci. Les services belges, au cours d’une réunion rassemblant 30 fonctionnaires ministériels et policiers, avaient, comme l’avait révélé « Le Soir » à l’époque, sciemment organisé la livraison d’un ressortissant belge à une puissance étrangère.

Pour Bahar Kimyongur, il n’y a pas de doute. « La Belgique, une nouvelle fois, a été l’objet de pressions de l’Etat turc. Je soupçonne Joëlle Milquet (la ministre de l’Intérieur CDH qui s’était rendue en Turquie à la fin du mois de mai) d’avoir trafiqué sur mon dos. Depuis mon acquittement définitif à Bruxelles, je me suis rendu à une centaine de reprises dans des pays étrangers, sans avoir connu de problèmes. Je crois qu’avoir dénoncé le sale rôle de la Turquie dans le conflit syrien m’a porté préjudice (voir ci-contre). J’ai mis le doigt où cela faisait mal. Ce n’est pas étonnant de constater que le mandat d’arrêt international délivré contre moi l’a été le 28 mai, soit quelques jours après le retour de Mme Milquet de Turquie ».

Hier, au Sénat, la ministre de l’Intérieur, interpellée par le sénateur Ecolo Benoît Hellings sur l’implication éventuelle des services belges dans l’arrestation de Bahar Kimyongur, a démenti, renvoyant le questionnement à sa collègue de la Justice, Annemie Turtelboom.



 



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit, menacé aujourd'hui de dix ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
es L'affaire DHKP-C
es Le dossier
es Enjeux d'une affaire emblématique
es Le procès de Bruges
es Le procès devant la Cour d'Appel de Gand
  Première cassation
es Le procès devant la Cour d'Appel d'Anvers
  Seconde cassation
  Procès devant la Cour d'Appel de Bruxelles
  Bahar Kimyongür : un témoin des injustices de ce monde
  Un complot pour livrer Bahar à la Turquie
  Deniz Kimyongür : une femme d'exception
  Les autres inculpés
  Traitements cruels et dégradants
  “Démocratie” à la turque...
  Le DHKP-C harcelé partout en Europe
   

«Ne dites pas à ma mère que je suis militant, elle croit que je suis terroriste»
par Edgar Szoc, Secrétaire général de la Ligue des droits de l'Homme [Lire]


Actualité de Huxley

«Par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes


Site optimisé pour le navigateur Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici

Conseils de navigation
Assurez-vous toujours d'ouvrir la dernière version des sites visités (le cas échéant, c'est la version gardée dans la mémoire de votre ordinateur que vous risquez de visualiser).
Servez-vous souvant du bouton d'actualisation des sites
actualiser

Mais ne vous contentez pas que de cela : videz régulièrement la mémoire cache de votre navigateur (sur Internet Explorer : >Outils >Options Internet >“Supprimer les fichiers” >“Supprimer les cookies” >“Effacer l'Historique”).
Firefox offre, en plus, une possibilité de effacement systématique de la mémoire cache à chaque fermeture du logiciel (>Outils >Options >Vie privée >Cocher: “Toujours effacer mes informations personnelles à la fermeture...” et “Demander avant d'effacer mes traces” - Dans “Paramètres”, sélectionner toutes les options).
Pour en savoir plus :
[1]  [2]  [3]