Retour à la page d'accueil
 
 
 
 

 

 

Bruxelles, 3 mars 2014 : Communiqué de presse
Cabinet Christophe Marchand

 
 

 


Nouveau coup de théâtre dans l'affaire Kimyongür : Interpol bloque le signalement de Bahar !

Il aura fallu que Bahar soit arrêté en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne et en Italie, où il est toujours assigné à résidence, pour qu'INTERPOL stoppe l'ordre d'arrestation provisoire de Bahar KIMYONGÜR.
 
Par un courrier daté du 21 février 2014, reçu ce vendredi 28 février 2014, la Commission de Contrôle des Fichiers INTERPOL a communiqué la décision du Secrétariat Général d'INTERPOL  relatant "que les informations vous concernant [Bahar !] communiquées par la Turquie ne sont par conséquent plus accessibles par les pays membres de l'Organisation".
 
En clair cela signifie que le signalement INTERPOL est bloqué et que Bahar peut à nouveau voyager librement dans le cadre de ses activités politiques sans être arrêté et placé en prison sur la base du mandat d'arrêt turc.
 
Il est très rare qu'INTERPOL prenne ce genre de décision et ceci démontre encore, si cela était nécessaire, que le mandat d'arrêt turc viole la liberté d'expression et a uniquement pour objet de tenter de museler un opposant politique qui dérange.
 
Cette décision exceptionnelle doit mener le gouvernement italien, qui est pour le moment maître du destin de Bahar, à prendre immédiatement une décision de remise en liberté pure et simple.
 
Il n'est pas tolérable que la liberté de Bahar dépende du bon vouloir d'un gouvernement et il appartient aux autorités belges d'alerter leurs homologues italiens quant à cette situation scandaleuse.
 

Bruxelles, le 3 mars 2014
Christophe Marchand
Avocat de Bahar Kimyongür
+32.486.32.22.88

 

[Notre dossier]