Jump to main content
banner
 
es Naviguer dans la version précédente du site
 


Le film retraçant le combat du Clea [Cliquez sur l'image]

 

Livre Bahar
Livre de Bahar Kimyongür
Commandes : Cliquez sur l'image

 
Législations liberticides
Appel du SAD
es Une nouvelle inquisition
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
  Une presse sous emprise
es Cartes blanches, articles
 

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image




 


>Abrogation des lois liberticides >Évaluation de la loi antiterroriste belge

Troisième série d’auditions organisées par la Commission «Justice» de la Chambre, afin d’évaluer la loi sur les «infractions terroristes»

«Nous sommes de plus en plus inquiets :
les droits de l’Homme passent au second plan»

Belgique, Commission Parlementaire, Séance du 9 juin 2009

Ce mardi 9 juin 2009, quelques parlementaires et leurs attachés se sont déplacés jusque la salle Internationale du Parlement pour écouter les arguments de divers opposants à la loi «antiterroriste».
D’une manière générale, les intervenants ont présenté la législation étudiée comme une pièce majeure d’un mouvement de remise en cause des droits fondamentaux et d’un renforcement outrancier du pouvoir exécutif.

Pascal Chevalier (pour l’Ordre des Barreaux francophone et germanophone) a ainsi dénoncé la mise en place progressive, en Belgique, d’un arsenal législatif étouffant le droit au respect de la vie privée.
«Le Procureur fédéral Johan Delmulle est le seul magistrat au monde à considérer que les lois antiterroristes ne posent aucun problème» : l’avocat Christophe Marchand a d’abord rappelé une série d’atteintes caractérisées au droit de la défense et au procès équitable à travers trois dossiers dits de «terrorisme» récemment jugés. Ces affaires, indiscutablement politiques, n’auraient pas dû être transférées devant la justice pénale. De la sorte, la voix de cet avocat combatif  et pugnace s’est jointe à celles des autres orateurs pour décrire les risques de criminalisation des mouvements sociaux qu’avive la loi «antiterroriste».
D’ailleurs, toutes les interventions se sont accordées pour exiger une remise en question fondamentale de la loi par les élus. Paul Pataer au nom de la Liga voor de Rechten vans de Mens, ou Paul Beckaert de l’Orde van Vlaamse Balies ont, une nouvelle fois, rappelé que les lois nécessaires pour condamner des actes de violence aveugle et de masse existaient déjà dans le Code pénal. Benoît Van der Meerschen (pour la Ligue des droits de l’Homme) s’est inquiété du renversement systématique de la charge de la preuve (comme dans la pseudo-affaire du Secours Rouge, ou dans l’imputation terroriste dont le Parquet entend accabler Bahar Kimyongür pour la traduction d’un communiqué de presse) : «De la sorte, les droits de l’Homme passent désormais au second plan». Qui plus est, le Président de la Ligue s’est demandé à quoi allait finalement servir la présente Commission puisqu’au moment-même où elle réfléchit à une évaluation, les sénateurs sont en passe de rédiger une loi spéciale accordant des pouvoirs extravagants à la Sûreté de l’Etat (la loi sur les Méthodes de Recueil des Données)…
Dan Van Raemdonk, pour le Comité T, a insisté sur le mérite de ne donner aucune définition du terrorisme  plutôt qu’en légaliser une mauvaise, d’autant qu’il ne comprenait pas pourquoi la Belgique se sentait capable de définir une telle notion alors que l’ONU, elle-même, n’y parvenait pas. «Aujourd’hui, a-t-il insisté, le Parquet fédéral a des côtés incontrôlables. Une situation des plus inquiétante».

Au minimum, les membres de la société civile présents ont donc plaidé pour une réforme fondamentale de la législation. En effet, la  loi du 19 décembre 2003 est contestable sur de nombreux points.
Fondamentalement, par l'absence d'une définition claire et nette du délit qu'elle vise à sanctionner, la loi antiterroriste viole le principe de légalité du droit, ce qui, entre autres, a pour conséquence l'empiètement sur la liberté d’expression et la liberté d’association. Elle viole également le principe de proportionnalité : avec le délit d’appartenance, une peine très lourde peut être prononcée –alors qu’aucun acte délictueux ni même aucune intention délictueuse n’existent.  Paul Pataer a dénoncé la définition de la notion de terrorisme (telle qu’inscrite dans le texte de loi) : cette «définition» est trop large, trop vague, laissant aux juges une marge d’interprétation trop grande. Or, le droit pénal doit être utilisé de manière restrictive, en visant des individus précis ayant commis des actes précis. De surcroît, C. Marchand ou P. Beckaert  ont montré que, dans les dossiers montés dans le cadre d’affaires dites de terrorisme, les témoignages récoltés à l’étranger (au nom d’une coopération internationale «odieuse») n’étaient pas fiables : souvent les prévenus ou témoins avaient été manifestement torturés et il n’y avait pas eu de procédures ou d’examens contradictoires en matière de preuve.
Tant en amont de la procédure judiciaire, où la charge de la preuve semble renversée, qu’en aval (où les condamnés subissent des traitements inhumains et dégradants en prison), en passant par la création de tribunaux spéciaux, on assiste, avec «la guerre contre le terrorisme», a une suspension de l’Etat de droit via la prolifération des procédures d’exception.

Sur base de ces arguments étayés de nombreux exemples, Michel Genet de Greenpeace et Jean-François Macours de la FGTB ont détaillé leurs craintes de voir des manifestants écologistes ou des militants syndicaux devenir les prochaines victimes de la loi et ont appelé les parlementaires à résister à l’esprit du temps, à revenir au droit commun ou, à tout le moins, à redéfinir de manière stricte le concept de «terrorisme», auquel ne peuvent être assimilés le radicalisme ou une quelconque forme de contestation sociale.

Vouloir criminaliser les oppositions sociales ?  Didier Brissa a été poursuivi sur base de la loi sur les organisations criminelles, une forme archéologique de la loi «antiterroriste». Pour quels faits ? Avoir été l’un des organisateurs d’une suite de protestations (toutes autorisées) contre le Sommet européen de Laeken…  Avec la rhétorique pénale mise en branle ces dernières années, Brissa estime qu’on devient potentiellement coupable dès que l’on pense autrement.
Les «méthodes particulières de recherche», par exemple, peuvent préjudicier le procès équitable (comme l’a établi un récent jugement de la Cour constitutionnelle). La Décision-cadre prise par l’Union européenne en novembre 2008 et qui vise à renforcer la «philosophie antiterroriste» va, quant à elle, instituer le délit d’opinion. Montserrat Carreras, représentante d’Amnesty International, a ainsi expliqué pourquoi «l’apologie du terrorisme», «l’incitation indirecte à commettre un acte terroriste» telles que prévues dans le nouveau texte, exacerbent le confusionnisme légal déjà existant et menacent la liberté d’expression.

En dépit de la rationalité et de la justesse des arguments avancés, les parlementaires présents ont toutefois semblé sceptiques sur la possibilité de pouvoir vraiment contrecarrer l’arsenal législatif «antiterroriste». Clotilde Nyssen du CdH et Stefaan Van Hecke de Groen se sont ainsi interrogés sur l’efficacité de leur travail alors qu’en même temps, le Sénat s’apprête à voter une nouvelle loi concernant les MRD.
Pour sa part, Fouad Lahssaini d’Ecolo s’est étonné que la Commission ait auditionné –deux séances durant– le Procureur J. Delmulle alors que présentement cette courte après-midi a vu se succéder pas moins de dix orateurs. Pour le PS, Jean Cornil a surenchéri, parlant de l’importance manifeste qui devrait créditer les travaux de la Commission car, selon lui, ce qui advient aujourd’hui c’est «l’avènement d’un nouveau maccarthysme».

Pour finir, B. Van der Meerschen a tenu à dénoncer «le discours martial non étayé du Procureur fédéral Johan Delmulle» et demandé un contrôle accru du Parquet fédéral. F. Lahssaini a été dans le même sens : «Aujourd’hui, J. Delmulle a été plusieurs fois pris en défaut de mensonge. Il faudrait qu’il revienne s’en expliquer ici-même».


Daniel et Jean Flinker
membres du Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit, menacé aujourd'hui de dix ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
es Pour l'abrogation des lois liberticides
es Le dossier
es Évaluation de la loi antiterroriste belge
es L'arsenal liberticide
es Actions pour l'abrogation
 
es

«Ne dites pas à ma mère que je suis militant, elle croit que je suis terroriste»
par Edgar Szoc, Secrétaire général de la Ligue des droits de l'Homme [Lire]


Actualité de Huxley

«Par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes


Site optimisé pour le navigateur Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici

Conseils de navigation
Assurez-vous toujours d'ouvrir la dernière version des sites visités (le cas échéant, c'est la version gardée dans la mémoire de votre ordinateur que vous risquez de visualiser).
Servez-vous souvant du bouton d'actualisation des sites
actualiser

Mais ne vous contentez pas que de cela : videz régulièrement la mémoire cache de votre navigateur (sur Internet Explorer : >Outils >Options Internet >“Supprimer les fichiers” >“Supprimer les cookies” >“Effacer l'Historique”).
Firefox offre, en plus, une possibilité de effacement systématique de la mémoire cache à chaque fermeture du logiciel (>Outils >Options >Vie privée >Cocher: “Toujours effacer mes informations personnelles à la fermeture...” et “Demander avant d'effacer mes traces” - Dans “Paramètres”, sélectionner toutes les options).
Pour en savoir plus :
[1]  [2]  [3]